Vies d’herbier, par Pierre Zanzucchi

De la science à l’art

À l’occasion de la 31e édition des Journées européennes du patrimoine organisée cette année sur le thème « Patrimoine culturel / Patrimoine naturel », la BIU Santé a présenté Vies d’herbier : l’esprit de la trace, un ensemble de 16 planches réalisées par le peintre et sculpteur Pierre Zanzucchi.

Tout a commencé au mois de janvier 2013 lorsque Michel Paris, membre de l’Académie nationale de pharmacie, a donné à la bibliothèque un herbier ancien. Très rapidement, il est apparu qu’il serait aussi difficile de conserver que de valoriser ces trois ou quatre mille échantillons de plantes en voie de décomposition.

La rencontre fortuite avec le peintre et sculpteur Pierre Zanzucchi nous a permis d’entrevoir une possibilité de valorisation, non pas scientifique mais artistique. Avec l’accord du donateur, quelques-unes des planches de cet herbier ont été confiées à l’artiste parisien. Avec son regard, son expérience de peintre et de sculpteur, en retravaillant sur les planches mêmes de l’herbier, Pierre Zanzucchi a su trouver les moyens de faire surgir le « fantôme des herbes disparues » …

Force est de reconnaître que le résultat est en tout point étonnant. La poésie qui s’en dégage nous ramène à l’origine même de l’art, quand nos ancêtres disposaient des pigments colorés, du bout des doigts, à la surface de la roche. Vies d’herbier prolonge les recherches antérieures de l’artiste sur le thème du végétal et du minéral et, plus encore, de la trace. C’est à un double voyage que nous invite aujourd’hui Pierre Zanzucchi : l’un sur le versant poétique de l’échange ; l’autre sur le versant scientifique du dialogue, ce dialogue plus nécessaire que jamais entre l’art et la science.

Philippe Galanopoulos

En savoir plus

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

2 pensées sur “Vies d’herbier, par Pierre Zanzucchi”

  1. Le résultat est surprenant en effet, et beau. Les occasions de recherches où le regard et l’expérience de scientifiques et d’artistes peuvent se rencontrer et coopérer sont encore rares ; elles méritent d’être développées car elles sont stimulantes et porteuses de sens. Cette superbe réalisation en témoigne.

  2. La si belle nature végétale devenue trace presque invisible avec le temps réapparaît comme par magie et devient à nouveau source d’émerveillement. Très belle initiative que de faire revivre de cette façon la passion du botaniste………. et la vision de l’invisible par l’artiste qui a agit à la manière des pionniers de la photographie , révélant ce que le temps avait fixé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.