Conférence sur les pots de pharmacie – le 18/03

« De la poterie vernissée à la porcelaine, les pots de pharmacie du Moyen Âge au début du XXe siècle »

Collection H. Fialon
Pots de la collection Henri Fialon. Source : Banque d’images et de portraits, Medic@

Le samedi 18 mars 2017, à 14h30, au Musée Flaubert et d’histoire de la médecine CHU-Hôpitaux de Rouen, venez assister à la conférence donnée par le professeur Olivier Lafont, professeur honoraire à la faculté de médecine et de pharmacie de Rouen et président de la Société d’histoire de la pharmacie.

Continuer la lecture de « Conférence sur les pots de pharmacie – le 18/03 »

Résultats de l’énigme sur le remède secret

Notre remède secret a perdu de son mystère… Trois heureux gagnants sont parvenus à résoudre l’énigme que nous vous proposions au mois d’octobre à l’occasion de notre exposition sur l’histoire des huiles essentielles. Bravo à eux et bravo à tous les participants ! Voici expliquée pas à pas la solution de l’énigme.

Eau de Cologne , prospectus, XVIIIe siècle
Eau de Cologne , prospectus, XVIIIe siècle

Souvenez-vous, nous vous demandions quelle était la maladie que permettait de soigner le remède secret. La bonne réponse est… le scorbut.

Pour trouver cette maladie, il faut d’abord identifier l’ingrédient principal du remède grâce à trois indices :

1. Mon premier indice est un fruit. Il se trouve sur la planche XXI de la page 254 du tome II du plus grand traité sur les arbres fruitiers du XVIIIe siècle.

L’indice est la bergamote. Pour le trouver, il faut chercher dans Medic@ le Traité des arbres fruitiers publié par Duhamel Du Monceau en 1768. La planche XXI de la page 254 du tome II représente une bergamote.

2. Mon deuxième indice est un personnage. La BIU Santé a fait l’acquisition récemment d’un ouvrage consacré à ses rapports avec ses dentistes.

L’indice est Napoléon. Vous le trouvez grâce au catalogue de la BIU Santé. Une recherche simple en saisissant le mot-clé « dentistes » et un classement des résultats du plus récent au plus ancien document vous permet d’afficher parmi les premiers résultats l’ouvrage de Xavier Riaud intitulé « Napoléon 1er et ses dentistes » (Paris, L’Harmattan, 2016).

3. Mon troisième indice est une maison de parfumerie. Vous le trouverez dans le numéro de Noël 1920 d’une importante revue consacrée à la parfumerie, en bas à gauche de la page 254.

L’indice est la maison Guerlain. Vous le trouvez dans Medic@ via la page dédiée aux périodiques numérisés, qui vous propose la revue La parfumerie moderne. Un volume unique rassemble tous les numéros de l’année 1920. A l’intérieur de ce volume, vous pouvez vous aider de la table des matières pour repérer le numéro de Noël et le feuilleter pour arriver à la page 254 où vous trouvez en bas à gauche une reproduction d’un flacon de parfum de la maison Guerlain.

La combinaison de ces trois indices permet d’identifier l’ingrédient principal du remède secret : l’Eau de Cologne. En effet, l’huile essentielle de bergamote est l’un des ingrédients de ce parfum ; Napoléon en faisait notoirement une consommation effrénée et la maison Guerlain commercialise encore aujourd’hui ce parfum.

Ensuite, pour deviner le nom de la maladie que soignerait notre remède secret, il faut se reporter à l’un des documents qui était présenté dans notre salle de lecture lors de l’exposition, et qui est également disponible dans Medic@ : Vertus et effets de l’Eau admirable ou Eau de Cologne : approuvée par la Faculté de médecine, le 13 janvier 1727. Au détour d’une impressionnante énumération des propriétés thérapeutiques de l’Eau de Cologne, vous découvrez qu’en mélangeant une cuillerée d’Eau de Cologne et deux cuillerées d’eau de fontaine, en se lavant la bouche avec cette préparation et en l’ingérant trois fois par semaine, vous pouvez – en théorie – soigner le scorbut.

Nous félicitons nos trois gagnants, Sylvie Juvin, Annette Busolin et Chiheb Jouini, qui ont élucidé cette énigme avec brio ! Ils remportent chacun un lot de deux ouvrages incluant un exemplaire de La Faculté de médecine et de pharmacie de Rouen paru aux éditions du Grand Métier en 2015.

Nous profitons de cette occasion pour inclure dans notre article un texte proposé par Romain Galmiche (Editions du Grand Métier) :

5 raisons pour un livre sur la faculté de médecine et pharmacie de Rouen ?

1. Parce que les facultés de médecine sont un maillon essentiel mais finalement méconnu du système de santé. A l’interface entre monde hospitalier et Université, avec un grand U, elles assurent la cohérence des projets et des dispositifs ;

2. Parce que joindre médecine ET pharmacie permet un modèle inédit d’insertion des activités de recherche et d’enseignement. L’innovation scientifique n’est pas un cadeau du ciel : elle est le fruit de démarches conjointes et réfléchies ;

3. Parce que cette faculté, après avoir longtemps cherché sa place dans le territoire, l’a trouvée. La création d’un campus de santé, central et resserré, inaugure une nouvelle ère de la médecine rouennaise ;

4. Parce que la nouvelle région normande offre un exemple frappant des défis qui se présentent à la médecine hospitalo-universitaire française. Défis démographiques, défis financiers, universitarisation des professions de santé. La faculté pour relever le gant doit être souple, inventive, intelligente ;

5 Parce qu’une faculté est toujours en prise avec la société qui l’entoure. Les méthodes d’enseignement changent, les questions éthiques bouleversent les certitudes… De nouveaux mots apparaissent : « classes inversées », « medical training center ». Seule demeure l’exigence intellectuelle.

Catherine Blum

Énigme : quel est ce remède secret ?

À l’occasion de l’exposition «Distillation, remèdes et parfums : histoire des huiles essentielles», le pôle Pharmacie de la BIU Santé vous propose de résoudre une énigme. Pour gagner, il vous faudra identifier un remède secret. Vous aurez besoin de vos connaissances bien sûr, mais aussi du catalogue de la bibliothèque et de Medic@ (notre bibliothèque numérique gratuite). La visite de l’exposition sur les huiles essentielles à la bibliothèque du pôle Pharmacie vous donnera une longueur d’avance.

Indice 1L’énigme se déroule en deux étapes. Il faut d’abord identifier le célèbre parfum qui est l’ingrédient principal de ce remède. Nous vous indiquons pour cela trois indices :

1. Mon premier indice est un fruit. Il se trouve sur la planche XXI de la page 254 du tome II du plus grand traité sur les arbres fruitiers du XVIIIe siècle.

2. Mon deuxième indice est un personnage. La BIU Santé a fait l’acquisition récemment d’un ouvrage consacré à ses rapports avec ses dentistes.

3. Mon troisième indice est une maison de parfumerie. Vous le trouverez dans le numéro de Noël 1920 d’une importante revue consacrée à la parfumerie, en bas à gauche de la page 254.

Indice 3Combinez ces trois indices… Vous avez trouvé l’ingrédient principal du remède ! Il ne reste plus qu’à en verser une cuillerée que vous mélangerez à deux cuillerées d’eau de fontaine. Lavez-vous la bouche avec ce mélange tous les jours et buvez-en trois fois par semaine. Indiquez-nous le nom de la maladie que soignerait ce remède et vous avez gagné !

Adressez vite vos réponses à : blog@biusante.parisdescartes.fr. Un lot attend chacune des trois premières personnes à nous envoyer la bonne réponse.

Bonne chance !

Catherine Blum

Distillation, remèdes et parfums : histoire des huiles essentielles

Une exposition au pôle Pharmacie de la BIU Santé prolonge les Journées européennes du patrimoine qui se sont déroulées le samedi 17 septembre dernier à la Faculté de Pharmacie de Paris. Découvrez une sélection d’ouvrages anciens datant du XVIe au XVIIIe siècle consacrés aux huiles essentielles, à l’entrée de la bibliothèque située dans la Faculté de pharmacie au 4 avenue de l’Observatoire, du lundi 26 septembre au samedi 26 novembre 2016.

affiche_huiles_essentielles_dorveaux_a4

Ces ouvrages illustrent l’histoire des huiles essentielles, du processus de distillation à la fabrication de remèdes et autres recettes cosmétiques. Vous pourrez également admirer à cette occasion des flacons d’huiles essentielles issus des collections du Musée François-Tillequin en bois peint ou en verre coloré. Une sélection d’ouvrages récents, disponibles à l’entrée de la salle de lecture et empruntables, complètent cette exposition.

Pour en savoir plus sur l’histoire des huiles essentielles, vous pouvez consulter ce billet de blog.

Pour avoir un aperçu de la présentation proposée aux visiteurs le samedi 17 septembre dernier, vous pouvez parcourir cet album sur notre page Facebook.

Catherine Blum

Distillation, remèdes et parfums : histoire des huiles essentielles
Debut: 09/26/2016
Fin: 11/26/2016
4 avenue de l'Observatoire
Paris
75006
FR

Journées européennes du patrimoine 2016 : zoom sur les huiles essentielles

Le samedi 17 septembre à l’occasion des Journées du patrimoine, la Faculté de pharmacie de Paris vous ouvre ses portes et vous propose une visite de la Salle des actes et du Musée François-Tillequin, où sont conservées les collections de matière médicale. Lors de cette visite, une sélection d’ouvrages anciens du XVe au XXe siècle issus des collections patrimoniales du Pôle pharmacie de la BIU Santé et retraçant l’histoire des huiles essentielles vous sera présentée.

La Parfumerie moderne, 1920
La Parfumerie moderne, 1920

Si les premiers usages thérapeutiques des plantes remontent à la préhistoire et si la distillation est une technique connue depuis l’Antiquité, les huiles essentielles telles que nous les connaissons aujourd’hui mettent de nombreuses décennies à apparaître sur les tables de laboratoire et dans les traités. Dans le monde antique, elles composent les parfums que l’on utilise lors de rites religieux ou en médecine. Mais pendant longtemps elles peinent à se distinguer, dans la littérature, des « eaux distillées, quintessences, huiles grasses… » qui fleurissent dans les pharmacopées et autres manuels de cosmétique. Obtenues par expression ou par macération, le plus souvent par distillation, les huiles essentielles sont des substances aromatiques à la consistance huileuse, qui renferment divers principes volatils contenus dans les végétaux, essentiellement les fleurs ou les fruits.

Liebault, Jean. Quatre livres des secrets de medecine, et de la philosophie chimique. Faicts francois par M. Jean Liebault... Rouen : 1566
Liebault, Jean. Quatre livres des secrets de medecine, et de la philosophie chimique. Faicts francois par M. Jean Liebault… Rouen : 1566

Sous la plume de Jérôme Brunschwig, médecin installé à Strasbourg à la fin du XVe siècle, les distillats sont encore fortement alcoolisés et il n’est pas encore fait mention des huiles essentielles. Un demi-siècle plus tard, Giovanni Battista della Porta évoque les huiles essentielles et les huiles grasses, et la façon dont il faut séparer les essences des huiles distillées aromatiques. Aux XVIe et XVIIe siècles, les huiles essentielles sont introduites dans le commerce tandis que la distillation devient la technique d’extraction prédominante, dans la mesure où elle permet d’isoler le principe actif de la plante pour rendre la préparation efficace. Cucurbites et alambics remplacent le bain-marie. La science quitte le monde secret des alchimistes pour celui de l’imprimé et de la diffusion du savoir, et essuie dans la foulée ses premières critiques. Maîtres gantiers-parfumeurs, épiciers-apothicaires et distillateurs sont autant de métiers qui manipulent quotidiennement les huiles essentielles, non sans quelques accrocs et querelles de territoire.

La parfumerie moderne, 1927
La parfumerie moderne, 1927

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les techniques et les savoirs se perfectionnent encore : Nicolas Lémery décrit le processus de la distillation dans une série de planches ; Antoine Baumé étudie et améliore l’usage de l’alambic. L’Encyclopédie dresse un état des lieux de la connaissance en matière de distillation tandis que le commerce de la parfumerie, grand consommateur d’huiles essentielles, s’est considérablement développé. Au siècle suivant, l’invention de la méthode d’extraction par solvants volatils brevetée par Léon Chiris et l’invention de composés synthétiques visant à reproduire des substances naturelles fait entrer la fabrication des huiles essentielles dans l’ère industrielle. Leur usage thérapeutique tombe quelque peu en désuétude, mais il est réintroduit au début du XXe siècle grâce à René-Maurice Gattefossé, qui redécouvre les vertus cicatrisantes de l’huile essentielle de lavande après s’être accidentellement brûlé la main dans son laboratoire. Il publie son ouvrage Aromathérapie en 1931, et inaugure le renouveau des huiles essentielles utilisées en thérapeutique que nous connaissons aujourd’hui.

Pour en savoir plus sur l’histoire des huiles essentielles, venez nous rendre visite le 17 septembre prochain ! Et retrouvez dès la semaine prochaine une sélection d’ouvrages récents consacrés aux huiles essentielles à l’entrée de la bibliothèque de la Faculté de pharmacie.

Catherine Blum

Debut: 09/17/2016 10:00 am
Fin: 09/17/2016
Duree: 9 heures:
4 avenue de l'Observatoire
Paris
75006
FR

Le nouveau musée du Parfum Fragonard

Le nouveau musée du Parfum Fragonard a ouvert ses portes en septembre 2015 dans l’ancien bâtiment de l’Eden-Théâtre.

365
Copyright : Fragonard Parfumeur

Édifié par les architectes William Klein et Albert Duclos, dans un style d’inspiration indo-européenne, inauguré le 7 janvier 1883, ce théâtre fut d’abord transformé en vélodrome de quartier (1894), avant d’accueillir en 1896 le magasin du fabricant anglais de meubles, Maple & Co. En avril 2014, Maple & Co quitte les murs. Le bâtiment est alors restauré par l’architecte François Muracciole : les moulures en stuc, les poutres Eiffel, les pavés de verre, les briques, la verrière, le plancher de Hongrie, la coursive qui surplombait le vélodrome, tous ces éléments retrouvent une nouvelle jeunesse, pour offrir un écrin à plus de 300 objets issus du fonds Costa, du nom de la famille propriétaire de l’entreprise Fragonard, fondée par Eugène Fuchs en 1926.

373
Copyright : Fragonard Parfumeur

Au cours de la visite, guidée et gratuite, vous cheminerez tout au long de 3000 ans d’histoire du parfum. Vous découvrirez les pratiques religieuses de l’Égypte ancienne, l’usage médical des odeurs en baumes et fumigations, celui des khôls noirs et des fards vert malachite ou turquoise. Vous serez subjugués par la beauté des pomanders du Moyen-Âge et de la Renaissance, éblouis par les flaconnages du XVII° et XVIII° siècle, émerveillés par les somptueux nécessaires de voyages et boîtes à mouches de l’Ancien Régime et du premier Empire.

Vous pourrez observer les évolutions induites par la révolution industrielle et les progrès de la chimie qui transformèrent progressivement un produit de luxe réservé à une élite en produits cosmétiques destinés à un plus grand public.

360
Copyright : Fragonard Parfumeur

Au cours de la visite, vous serez aussi initiés aux aspects techniques du métier : l’expression des agrumes, la distillation à la vapeur d’eau, l’enfleurage, l’extraction par solvants ou encore la technique du headspace pour capturer les délicates senteurs du lilas ou du muguet.

Votre voyage olfactif s’achèvera par une mise à l’épreuve de votre nez. Vous serez invités à distinguer les notes olfactives de différents parfums Fragonard…

Pour visiter le musée

377
Copyright : Fragonard Parfumeur

Nouveau musée du parfum Fragonard
3-5, Square Louis-Jouvet
75009 Paris
Ouvert du lundi au samedi de 9h à 18h, visite guidée gratuite
Renseignements : 01 40 06 10 09

http://nouveaumuseefragonard.com/

Arnauld Sillet

3-5, square de l'Opéra-Louis-Jouvet
Paris, Île-de-France
75009
FR
Phone: 0033 (0)1 40 06 10 09

Interdit aux âmes sensibles : les daviers du MVAD

Du nouveau dans le musée virtuel de l’art dentaire (MVAD), avec une section importante sur les daviers.

Pour les heureux lecteurs qui l’ignorent, un davier est un instrument pour arracher les dents.

daviers«Selon Érasistrate (c. 320 – c. 250 av. J.-C.) aurait été exposée dans le temple d’Apollon à Delphes une pince en plomb (le Plumbeum odontagogon) dans le but de montrer qu’il ne faut extraire que des dents facilement détachables. Ces sortes de pinces sont incontestablement les instruments les plus anciens pour procéder tout aussi bien à saisir des esquilles d’os, une pointe de flèche cassée ou une dent.

Aux XIIIe et XIVe siècles selon un procédé fréquent dans le langage populaire, les noms d’outils étaient souvent formés d’anthroponymes. C’est ainsi que « daviet », diminutif de David, en vint à désigner un ancien outil de menuisier, sorte de pince à relier les tonneaux.

Les daviers ont au fil des siècles des appellations diverses, daviet, tire-racines, forceps, tenaille, tenaille dentelée, pincette, pinces droite ou courbe et de multiples noms d’oiseaux en précisent la forme des mors : becs de corbin, corbeau, vautour, grue, corneille, faucon, perroquet.»

Cette nouvelle section comporte 574 images + 12 catalogues en format PDF contenant 305 images supplémentaires. Soit 879 nouvelles illustrations à consulter !

À cette occasion un important travail de restauration virtuelle des images a été effectué par Jacques Gana, de la BIU Santé. Voir ci-dessous quelques exemples de numérisation « avant / après ».

À suivre dans les mois qui viennent pour de nouveaux contenus appelés à enrichir le MVAD.

Soutenez le Musée François Tillequin !

Par la voix de sa Présidente, le professeur Sylvie Michel, nous avons appris la création de la Société des Amis du Musée François Tillequin. Cette association a pour but d’aider à la conservation, à la mise en valeur et au rayonnement des collections du musée : soit environ 25000 échantillons de drogues végétales et animales et objets associés à leur production, leur transport, leur commerce et leurs emplois.

Les moyens d’action de la Société sont d’une façon générale tous ceux qui sont susceptibles de faire connaître, de promouvoir et d’enrichir les collections du musée autant que l’image de la matière médicale, cette branche de l’art et de la science pharmaceutiques qui remonte à l’Antiquité.

Pour soutenir la Société des Amis du Musée François Tillequin

[PDF du bulletin d’adhésion]

L’organisation d’expositions physiques et virtuelles, la tenue de conférences thématiques, la mise en place d’ateliers pédagogiques sont quelques-unes des actions envisagées par l’équipe du musée pour valoriser l’une des deux plus importantes collections de drogues du monde. Rappelons que le Musée François Tillequin est ouvert lors des Journées européennes du patrimoine et accueille chaque année un public diversifié.

Une autre piste de valorisation est également portée au programme de l’association : celle des publications scientifiques. Des articles de référence sur l’histoire et les collections du musée ont déjà été publiés, notamment dans la Revue d’histoire de la pharmacie. Citons entre autre : «Le Musée de matière médicale de la Faculté de pharmacie de Paris», par Hélène Moyse, Marie-Louise Paris et René-Raymond Paris (1975) [accès en ligne] ; «Les quinquinas au Musée de Matière Médicale de la Faculté de pharmacie de Paris» par Renée Poitou, François Tillequin, Geneviève Clair et Pierre Delaveau (1989) [accès en ligne] ; et «Le pavot, l’opium et les objets associés au Musée de matière médicale de la Faculté de pharmacie de Paris», par François Tillequin, Geneviève Baudouin et Christine Debue-Barazer (2002) [accès en ligne].

Des thèses d’exercice, déjà soutenues ou en cours de rédaction, devraient également permettre de documenter, au fil du temps, certains segments des collections : droguier Guibourt, collection d’écorces et branches de quinquinas, drogues provenant de l’Empire Ottoman, d’Extrême-Orient ou d’Afrique noire, inventaires des drogues rapportées lors d’expéditions scientifiques (mission Kerharo, mission Bouquet) ou à l’occasion des Expositions universelles et des Expositions coloniales françaises et étrangères, etc.

Afin de soutenir cet effort de connaissance scientifique et de valorisation patrimoniale, une petite collection intitulée «Materia Medica» vient d’être créée par l’association. Deux numéros sont d’ores et déjà disponibles. Le premier donne un aperçu général des «Collections de matière médicale du Musée François Tillequin». Rédigé par Thomas Gaslonde, ingénieur d’étude au Laboratoire de pharmacognosie de la Faculté de pharmacie de Paris, ce texte est une parfaite introduction à la connaissance d’ «un patrimoine exceptionnel, peut-être unique… mais méconnu». L’auteur rappelle les origines du musée et revient sur la constitution des premières collections, avant de présenter les principales vitrines du musée : plantes à caféine, cacao, poisons de flèches, quinquinas, plantes aromatiques et odorantes, drogues animales.

Le second fascicule aborde la question des «Drogues animales odorantes en parfumerie et thérapeutique» à travers six chapitres thématiques consacrés au musc, à l’ambre gris, au castoréum, à la civette, à l’hyraceum et à la cire d’abeille. Le texte est rédigé par Élisabeth Motte-Florac, ethnopharmacologue, retraitée de la Faculté de pharmacie de Montpellier, spécialiste des animaux médicinaux et des thérapeutiques traditionnelles.

La BIU Santé a largement contribué à l’iconographie de ce numéro. Il est maintenant à espérer que d’autres numéros de cette qualité viendront compléter une collection utile et apporteront à la Société des Amis du Musée François Tillequin les subsides dont elle a besoin tout en suscitant un intérêt bien mérité.

Philippe Galanopoulos & Jeremy Schreiber

Société des amis du musée François-Tillequin
Faculté de Pharmacie de Paris, 4, avenue de l’Observatoire
Paris, Île-de-France
75006
FR