Les DIEVX de juin invitent Caroline Muller

Ce mois-ci les Dievx de la BIV reçoivent Caroline Muller, historienne et blogueuse. Agrégée d’histoire, elle est professeure agrégée à l’université de Reims Champagne-Ardenne et soutiendra prochainement une thèse sur la direction de conscience au XIXe siècle à l’université Lyon 2.
Ses recherches touchent, entre autres, à l’histoire du genre et à l’histoire du soin et de la thérapeutique. C’est donc tout naturellement que nous lui avons demandé d’analyser l’illustration de notre calendrier du mois de juin.

Télécharger le calendrier de juin 2017.

La gravure zoomable sur notre banque d’images.

Cette caricature de Draner est parue en 1883 dans l’Almanach du Charivari. Le caricaturiste révèle le climat qui entoure les revendications des femmes qui souhaitent avoir accès à la carrière de médecin dans le dernier tiers du XIXe siècle.

La caricature suit une rhétorique plutôt classique, celle de l’inversion des sexes. On y présente les femmes dans des rôles inhabituels dans le but de tourner en ridicule celles qui revendiquent de nouveaux droits. Cette « inversion des rôles » se retrouve dans de nombreuses caricatures, par exemple celles qui visent les suffragistes. Elle constitue une violente charge contre les femmes qui voudraient devenir médecins, mais est aussi un excellent révélateur des angoisses masculines au sujet des places et rôles de genre.

When Women vote, carte postale, coll. C. H. Palczewski

Draner souligne d’abord l’incapacité des femmes à devenir médecins : elles cherchent à « se mettre à la hauteur des Princes de la science » (vignette « En consultation ») mais leurs seules qualités professionnelles sont la séduction. C’est le sens de la vignette « Vous êtes paralytique, vous voudriez marcher ? Eh bien, venez m’embrasser ». Les femmes manquent non seulement d’intelligence, mais aussi de l’autorité qui permet d’incarner la fonction de médecin : la « chirurgienne major », juchée sur son cheval, est tournée en dérision. Le titre même de la caricature renvoie à cette imposture : là où le « médecin » est une identité professionnelle à part entière, c’est la féminité qui prime dans la dénomination de « femmes médecins ». Les vignettes ne cessent de renvoyer à cette « essence » féminine : le médecin est d’abord une femme qui accouche (« mon médecin qui est en mal d’enfant ») ou une séductrice profitant de la situation pour assouvir son désir sexuel (« est-il jeune et joli garçon ? »). Continuer la lecture de « Les DIEVX de juin invitent Caroline Muller »

En mai, nage comme il te plaît (Dievx de la BIV s02e02)

Avec le mois de mai et le retour des beaux jours (du moins l’espère-t-on) les Dievx de la BIV Santé vous proposent cette fois-ci des activités nautiques.

dieux-mai-2017En l’occurrence l’over arm side stroke (figure 79, ci-contre).

Télécharger le calendrier mai 2017.

Cette nage (qui se pratique sans tabouret contrairement aux apparences) semble s’apparenter à une forme de brasse indienne, pour autant qu’on puisse en juger en un seul cliché statique.

«L’over arm est une nage de côté élégante et assez rapide où les bras font une sorte de moulinet latéral tandis que la jambe qui se trouve dans la profondeur donne un battement bref nommé le « coup de ciseau ». Le tête est toujours à moitié émergée.»

Les autres figures, crawl et flottaisons diverses, étant beaucoup plus classiques et faciles à reproduire.

Ces illustrations sont issues de Ma doctoresse : Guide pratique d’hygiène et de médecine de la femme moderne / Doctoresse Houdré-Boursin ; préface du Dr Cavaillon,… Strasbourg : Editorial Argentor, 1933À consulter sous la cote 190048 au pôle Médecine de la BIU Santé.

La doctoresse Marie Houdré-Boursin, elle-même membre du club Femina Sport dans les années 20, y encourage la femme moderne à exercer des activités physiques (entre autres nombreux conseils). Avec succès, puisque son ouvrage connut plusieurs éditions successives.

Retrouvez de nombreuses autres illustrations dans notre banque d’images et de portraits, plus de 200.000 images à télécharger librement sur notre site.

Solenne Coutagne et Claire Ménard

Les Dievx de la BIV, saison 2 : 1er coup d’œil

Voilà un an, la BIU Santé se lançait dans l’aventure du calendrier des Dievx de la BIV dans l’optique de vous faire porter un regard nouveau sur les représentations scientifiques du corps humain. Comme toutes les aventures, celle-ci a connu quelques vicissitudes. Quelques mois ont été perdus de vue, faute de combattants.

ababaAvec le retour du printemps, les bibliothécaires du service Histoire ont décidé de jeter un œil neuf sur ce dossier. Pour satisfaire les voyeurs délaissés qui se languissaient de ne plus rien avoir à voir, ni à afficher sur les murs de leur bureau pour connaître le jour du mois.

À la manière d’une vision périphérique, ce n’est pas un corps en son entier qui sera exposé à votre regard pour ce premier épisode (car en avril…). Visons plutôt un organe, et pas des moindres. C’est donc un œil, ou plutôt des yeux, qui vous seront donnés à voir. L’œil de Bartisch, affectueusement surnommé Ababa, et ses petits frères.

03766Ils sont issus du Ophthalmodouleia Das ist Augendienst de Georg Bartisch. Ce médecin allemand, féru de chirurgie oculaire, publia son ouvrage en 1583, manuel de référence sur les troubles ophtalmiques. Ces illustrations sont à retrouver dans notre banque d’images gratuites, plus de 200.000 documents librement téléchargeables sur notre site.

Les plus perspicaces d’entre vous auront vu que c’est également de cet ouvrage qu’était issue notre très cérébrale carte de vœux 2017.

Télécharger le calendrier d’avril 2017.

voeux2017b

Exposition « Anatomie d’une image »

En complément de la journée d’étude «Fecit ex natura» du 18 novembre 2016, la BIU Santé vous propose l’exposition «Anatomie d’une image».

expo-biu-sante-a1-page-001Cet ensemble de panneaux aborde l’actualité des pratiques de l’illustration médicale et son histoire. À visiter jusqu’au 20 décembre 2016 sur le palier devant l’entrée du pôle Médecine de la BIU Santé (vernissage le 18 novembre à 17h). Il s’agit d’une réalisation de l’atelier de didactique visuelle de la Haute école des arts du Rhin, sous la direction d’Olivier Poncer, Martial Guédron et Valérie Chansigaud.

«Acte fondateur du programme Didactique tangible, l’exposition «Anatomie d’une image» s’inscrit dans une démarche épistémologique qui associe des historiens, des professionnels, des didacticiens, afin d’éclairer, d’analyser et de mettre en liens différents modes de représentation des sciences et de la médecine.

pb170146Alors qu’elles nous accompagnent au quotidien, les images scientifiques et médicales sont paradoxalement mal identifiées. L’exposition «Anatomie d’une image» a pour objectif premier de faire un état des lieux de la profession d’illustrateur médical et scientifique en Europe et aux États-Unis, ainsi que de révéler la diversité des contextes de production, comme des processus de création de ces illustrations. Les illustrations scientifiques et médicales sont toujours issues d’une commande, au plus près de l’actualité scientifique, elles traduisent le réel en image. Cette exposition dévoile l’intimité de différentes démarches artistiques et met en perspective quelques repères historiques issus des fonds d’archives de Strasbourg et d’ailleurs. Nous remercions toutes les illustratrices et tous les illustrateurs qui nous ont ainsi conté l’histoire de l’une de leurs images et qui nous ont confié leurs documents de travail intermédiaire.»

En savoir plus

Le site de l’exposition avec présentation des panneaux

Debut: 11/18/2016
Fin: 12/20/2016
12, rue de l'Ecole-de-Médecine
Paris, Île-de-France
75006
FR

Fecit ex natura : journée d’étude du 18/11

Plus que quelques jours avant notre journée d’étude sur le métier d’illustrateur des sciences médicales du XVIe au XXe siècle, «Fecit ex natura».

fecitexnatura_final-page-001Pour mémoire, elle aura lieu le vendredi 18 novembre 2016, à partir de 9h50, dans le grand amphithéâtre de l’université Paris Descartes (12, rue de l’École-de-Médecine, 75006 Paris – métro Odéon).

L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Le hashtag utilisé pour la journée sera

Retrouvez les informations complémentaires sur ce billet de blog et notamment le programme détaillé (PDF).

expo-biu-sante-a1-page-001Attention, le service d’histoire de la santé (salle de la Réserve) sera exceptionnellement fermé pendant cette journée. La consultation des ouvrages de la Réserve ou publiés avant 1800 ne sera donc pas possible ce jour-là. En revanche les autres documents pourront être communiqués dans la grande salle de lecture.

En parallèle de cet événement, la Bibliothèque interuniversitaire de santé présente l’exposition Anatomie d’une image.

En savoir plus

Annonce détaillée de la journée d’étude

After 270 years of oblivion, Van Horne’s atlas of anatomy, a jewel of the 17th century, has been rediscovered

[French version of this post]

251 drawings from the Dutch Golden Age by Johannes Van Horne and Marten Sagemolen

van-horneIn 1656, in Amsterdam, Rembrandt painted his second Anatomy lesson. At the same time, in Leiden, in the Netherlands Golden Age that was brimming with artistic and scientific innovations, anatomy professor Johannes Van Horne and artist Marten Sagemolen were working on an unprecedented anatomical atlas of the muscles in color. Although it remained unpublished, the European intelligentsia celebrated this work. Then, strangely enough, these drawings fell into oblivion in the course of the 18th century.

Four large volumes comprising 251 drawings, systematically organized in several series and constituting a large part of this anatomical atlas, have just been identified in the collection of the BIU Santé (Health Inter-University Library).

The Library is now unveiling this jewel, which should be of major interest to both historians of medicine and sciences and historians of art.

IMG_6418-2

Identification was made by Hans Buijs (Fondation Custodia, Paris) on Friday, June 17, 2016. One single sentence found in the margin of a drawing dated 1654 revealed the name of the artist, but also, with absolute certainty, that of his patron, as well as important pieces of information on the constitution of the collection.

Marten Sagemolen’s signature, dated 1660 (Ms 29)
Marten Sagemolen’s signature, dated 1660 (Ms 29)
Johannes Van Horne’s name, in Ms 29
Johannes Van Horne’s name, in Ms 29

The very same sentence is indeed featured in the notes of famous physician Herman Boerhaave (1668-1738), one of the former owners of these volumes. Tim Huisman, in his doctoral dissertation in 2008, The Finger of God, Anatomical Practice in 17th-Century Leiden (Leiden University, 2008. p. 73 sq), published and documented these fragments. After examination of the four manuscripts under this bright new light, there can be no doubt whatsoever on their identity.

Small myology of the arm and shoulder, dated 1654 and signed by Marten Sagemolen (Ms 29)
Small myology of the arm and shoulder, dated 1654 and signed by Marten Sagemolen (Ms 29)

We publish an article that establishes the authenticity of the documents, gives part of their history, and provides an inventory of the four volumes. The article is subject to modifications: potential corrected versions will be available from the present column, at the same address.

Download the article: Johannes Van Horne and Marten Sagemolen’s myology: Four volumes of anatomical drawings of the Golden Age rediscovered
at the Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris)
, by Jean-François Vincent and Chloé Perrot (final version, August 31, 2016. License CC By-SA 4.0)

Continuer la lecture de « After 270 years of oblivion, Van Horne’s atlas of anatomy, a jewel of the 17th century, has been rediscovered »

L’atlas d’anatomie de Van Horne dans le Magazine de la Santé

Myologie du torse vu de profil (Ms 29)
Myologie du torse vu de profil (Ms 29)

Le lundi 10 octobre 2016, le Magazine de la Santé (sur France 5, 13h40-14h30) évoquera l’atlas d’anatomie de Van Horne et Sagemolen.

Une interview du professeur Drizenko permettra de revenir sur la redécouverte de cet ensemble inédit dans les collections de la BIU Santé.

Le replay est disponible pendant six jours à cette adresse (entre 0:34:10 et 0:35:38).

Mise en ligne du livre VII de la Fabrica de Vésale

Après le livre I du De humani corporis fabrica (1543) d’André Vésale et les textes préliminaires des autres ouvrages de l’anatomiste bruxellois, la BIU Santé publie aujourd’hui la première traduction commentée en français du livre VII intégral, due à Jacqueline Vons et Stéphane Velut (introduction disponible en cliquant sur le bouton « i » à droite de Livre VII).

livre7Ce livre consacré à l’étude de l’encéphale, comprend également différents protocoles de dissection et se termine par un chapitre sur le rôle de la vivisection animale dans la science du vivant. Aussi bien la structure interne de l’œuvre que des raisons extrinsèques, expliquées dans l’introduction, justifient la parution de ce livre immédiatement après le livre I.

Exploité et cité le plus souvent de manière approximative ou spéculative, le livre VII retrouve ici son originalité et son authenticité, témoignant des balbutiements d’une science au sens moderne du terme, avec des moments fulgurants, intuitifs, révélateurs d’un génie hors du commun, mais qui était aussi un homme de la Renaissance, avec le savoir, la formation, l’habitus des médecins de son époque. Aussi, il a été nécessaire de refaire aujourd’hui en laboratoire les gestes de Vésale pour comprendre ce qu’il a vu et comment il a vu.

livre7-2Seul le regard expert du neurochirurgien et anatomiste contemporain a pu déceler dans les planches ce qui était parfois représenté mais non décrit ; de même le travail de traduction ne s’est pas limité à transcrire une nomenclature (d’ailleurs inexistante ou fausse par rapport à nos connaissances actuelles) ou à considérer le texte sous l’angle de la simple «information» technique ou historique, mais il a voulu respecter le déroulement d’une parole et d’une pensée, marquées d’un caractère littéraire évident et ignorant la parataxe.

oeilNous espérons éclairer ainsi d’un jour scientifique et nouveau ces descriptions, d’une ampleur inégalée, qui ont marqué une étape considérable dans l’histoire des sciences médicales, tant dans la méthode que dans l’affirmation du doute scientifique.

Jacqueline Vons & Stéphane Velut

Accéder directement au livre VII de la Fabrica.

Introduction (PDF, 24 pages)

Page d’accueil du site La Fabrique de Vésale et autres textes

Le mode d’emploi de l’ensemble est disponible en cliquant ici.

Les auteurs et la Bibliothèque interuniversitaire de Santé sont heureux d’offrir aux chercheurs et aux jeunes étudiants un accès (encore partiel) gratuit à cette grande œuvre. Le livre II consacré à la myologie est en préparation.

Dievx de la BIV : un caprice hygiénique

octobre2016Télécharger le calendrier d’octobre 2016.

Cette livraison d’octobre vous propose une estampe, issue de nos collections, mais dont nous savons bien peu de choses.

Elle fut publiée en 1877 par l’imprimeur Cadart, la gravure est d’Alphonse-Charles Masson (1814-1898) d’après le peintre Charles Bulteau. Elle représente une femme nue, marchant sur les mains, sous le titre énigmatique «Caprice hygiénique». La dame en question est visiblement en train de faire de la gymnastique, comme l’attestent les gants et haltères posés à terre. Mais pourquoi cette (absence de) tenue, et ce tableau de guingois dans le fond ?

Le tableau original semble être cité par René Ferdas dans son texte La physiologie expérimentale et le Roman expérimental, Claude Bernard et M. Zola  (1881) – à propos de la conception de l’artiste, sur laquelle s’opposent Claude Bernard et Zola :

«Qui ne se souvient du tableau de M. Bulteau, exposé il y a deux ans, je crois, – intitulé Un caprice hygiénique, et représentant une femme nue marchant sur les mains ? – c’est là, il me semble, une œuvre d’art originale.»

Œuvre qui aurait aussi été l’objet d’un procès à la même période, entre Mme Duval, sa propriétaire, et un théâtre qui l’aurait utilisé pour un décor. Mais ceci est une autre histoire…

Les lecteurs qui auraient plus d’informations à nous donner sur cette œuvre sont les bienvenus !

Exposition Gérard de Lairesse

À Enschede (Pays-Bas) vient de s’ouvrir une grande exposition consacrée aux œuvres de Gérard de Lairesse.

dsc01670Elle se tient au Rijksmuseum Twenthe du 10 septembre 2016 au 22 janvier 2017. C’est la première exposition d’envergure autour de cet artiste important de la fin du Siècle d’or, assez peu connu du grand public.

Gérard de Lairesse (1641-1711) est surtout réputé pour ses peintures bibliques et mythologiques. Mais il est également l’auteur d’admirables dessins d’anatomie réalisés pour l’Anatomia Humani Corporis de son ami le médecin Govert Bidloo (1685). La BIU Santé conserve dans ses collections les cent six dessins originaux qui subsistent.

lairesseEn tout, une soixantaine d’œuvres, parfois monumentales, ont été réunies pour l’exposition, en provenance de plusieurs musées d’Europe.

La BIU Santé a pour l’occasion prêté neuf des précieux dessins de l’atlas de Bidloo, ainsi qu’un exemplaire de l’atlas lui-même. Une salle entière leur est consacrée.

C’est la troisième fois seulement en 220 ans que ces dessins sont présentés en-dehors de l’enceinte de la bibliothèque ; et jamais jusqu’ici plusieurs de ces dessins n’avaient été exposés en même temps : il a fallu en effet les retirer temporairement de leur lourde reliure pour que les visiteurs puissent en voir neuf à la fois.

img_0119

Retrouvez l’ensemble des dessins de Lairesse dans notre bibliothèque numérique Medic@ (plus de 4 millions de pages accessibles gratuitement). Les gravures de l’atlas de Bidloo firent d’ailleurs l’objet d’une retentissante affaire de contrefaçons à l’époque, mais ceci est une autre histoire.

En savoir plus

Présentation de l’exposition (en néerlandais)

Une vidéo du montage de l’exposition :

Debut: 09/10/2016
Fin: 01/22/2017
Lasondersingel 129-131
Enschede
7514
NL