Quand l’Histoire de la Pharmacie rencontre l’Histoire de la Chimie

SHPAu siège de la Société chimique de France, le 23 novembre dernier, la Société d’Histoire de la Pharmacie (SHP) et le Club d’Histoire de la Chimie (CHC) ont organisé une séance commune sur le thème « Industrie et Chimie thérapeutique ».

Autour de ce sujet, trois conférences ont été présentées lors de la réunion :

  • La sérendipité au service de l’innovation thérapeutique, par Claude MONNERET, membre de la SHP et du CHC ;
  • Les innovations pharmaceutiques liées à la production de Pénicilline, par André FROGERAIS, membre de la SHP ;
  • Ernest Fourneau et la méthodologie en chimie thérapeutique, par Olivier LAFONT, président de la SHP.

Continuer la lecture de « Quand l’Histoire de la Pharmacie rencontre l’Histoire de la Chimie »

Chemist and druggist online

À l’instar de la BIU Santé avec Medic@, la Wellcome Library numérise également ses collections de périodiques anciens.

chemist

sequaLa Wellcome Library a donc récemment mis en ligne la collection complète de Chemist and Druggist, revue officinale publiée depuis 1859. La numérisation, qui court jusqu’à 2010, complète la collection locale du pôle Pharmacie de la BIU Santé (qui s’étend quant à elle de 1865 à 2007, avec quelques lacunes).

Vous pourrez désormais retrouver ce périodique, souvent appelée C+D, dans notre liste de revues électroniques.

À noter que les journalistes d’il y a un siècle s’intéressaient aux actualités pharmaceutiques des autres pays, et notamment la France.

En savoir plus

L’accès à la revue numérisée sur le site de la Wellcome Library.

« Chemist and Druggist » : 157 ans de pharmacie à portée de clic. Article dans le n°3291 du Quotidien du pharmacien [abonnés]

Fecit ex natura : journée d’étude du 18/11

Plus que quelques jours avant notre journée d’étude sur le métier d’illustrateur des sciences médicales du XVIe au XXe siècle, «Fecit ex natura».

fecitexnatura_final-page-001Pour mémoire, elle aura lieu le vendredi 18 novembre 2016, à partir de 9h50, dans le grand amphithéâtre de l’université Paris Descartes (12, rue de l’École-de-Médecine, 75006 Paris – métro Odéon).

L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Le hashtag utilisé pour la journée sera

Retrouvez les informations complémentaires sur ce billet de blog et notamment le programme détaillé (PDF).

expo-biu-sante-a1-page-001Attention, le service d’histoire de la santé (salle de la Réserve) sera exceptionnellement fermé pendant cette journée. La consultation des ouvrages de la Réserve ou publiés avant 1800 ne sera donc pas possible ce jour-là. En revanche les autres documents pourront être communiqués dans la grande salle de lecture.

En parallèle de cet événement, la Bibliothèque interuniversitaire de santé présente l’exposition Anatomie d’une image.

En savoir plus

Annonce détaillée de la journée d’étude

Journée d’étude : le métier d’illustrateur des sciences médicales (18/11)

La BIU Santé organise une journée d’étude le vendredi 18 novembre 2016 sur le thème :

Fecit ex natura : le métier d’illustrateur des sciences médicales du XVIe au XXe siècle

Nicolas Henri Jacob : Muscles du dos (étude). Dessin pour le Traité complet de l'anatomie de l'homme de J. M. Bourgery, 1831-1854. Paris, BIU Santé, cote : Ms 81.
Nicolas Henri Jacob : Muscles du dos (étude). Dessin pour le Traité complet de l’anatomie de l’homme de J. M. Bourgery, 1831-1854. Paris, BIU Santé, cote : Ms 81.

Sous la direction de Maxime Georges METRAUX (université Paris-Sorbonne), Chloé PERROT (université de Lille 3), Jean-François VINCENT (Bibliothèque interuniversitaire de santé, Paris).

À Paris, 12, rue de l’École-de-Médecine, grand amphithéâtre de l’université Paris Descartes (métro Odéon).

Entrée libre.

L’illustration médicale a attiré de nombreux collectionneurs et institutions en raison de son intérêt scientifique comme pour ses qualités formelles. Certaines de ces œuvres ont été abondamment diffusées et commentées. À ce jour, les métiers de cette imagerie spécialisée ainsi que les relations entre praticiens et artistes ont pourtant peu intéressé la recherche.

Continuer la lecture de « Journée d’étude : le métier d’illustrateur des sciences médicales (18/11) »

Conférence sur la pénicilline (05/10)

André Frogerais donnera une conférence à la BIU Santé sur le thème :

Les origines de la fabrication de la pénicilline en France

Andre-FrogeraisCette conférence est organisée par la société des amis de la BIU Santé (Sabium). Elle aura lieu dans la salle Landouzy du pôle Médecine de la BIU Santé mercredi 5 octobre 2016 à 17h30.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Résumé

En 1897 à Lyon, le médecin militaire Ernest Duchesne est le premier scientifique à découvrir que certaines moisissures peuvent neutraliser la prolifération des bactéries, mais cette découverte reste inexploitée.

501

En 1929, en Grande-Bretagne, au Saint-Mary’s Hospital de Londres, Alexander Fleming travaille sur un vaccin capable de combattre les infections bactériennes. Il découvre qu’un champignon, Penicillum notatum, synthétise une substance antibactérienne qu’il appelle pénicilline.

En 1938, à Oxford, Howard Floray, Ernst Chain et Norman Headley cherchent un moyen de produire de la pénicilline purifiée. Grâce à la lyophilisation, ils réussissent en 1940 à en produire 100 mg. La production industrielle commence aux États-Unis à partir de 1943.

En France, pendant l’Occupation, les publications scientifiques continuent à circuler. Les industriels Rhône Poulenc et Roussel, en collaboration avec l’Institut Pasteur, entreprennent des recherches en cachette des autorités allemandes et réussissent à produire de la pénicilline au stade expérimental. La pénicilline américaine débarque en France en mai 1944. Elle apparaît comme un médicament miracle, la France doit en produire, c’est un objectif national.

La Pharmacie Centrale de l’Armée commence la fabrication dès avril 1945 à Paris dans un ancien garage de la Wehrmacht, rue Cabanel, à l’initiative d’un officier de la 2°DB, le médecin-capitaine Pierre Broch. Les pouvoirs publics, les autorités scientifiques comme l’Institut Pasteur et le CNRS, les industriels proposent des stratégies différentes qui vont donner lieu à de nombreuses polémiques.

À partir de 1948, la France satisfait aux besoins de la Métropole et de ses colonies.

[Mise à jour] Retrouvez la vidéo de la conférence sur notre compte Periscope.

En savoir plus

Les origines de la fabrication de la pénicilline en France
Debut: 10/05/2016 05:30 pm
12, rue de l'Ecole-de-Médecine
Paris, Île-de-France
75006
FR

 

Après la pluie vient le beau temps… (calendrier de juin)

calendrier-juinCalendrier des DIEVX de la BIV (suite)

Officiellement, l’été approche. C’est du moins ce qu’affirme le calendrier du mois de juin bien que la météo ne soit pas au diapason. Il ne vous reste donc que quelques semaines pour être prêts à vous exposer sur la plage. Et pour s’y préparer, pourquoi ne pas mettre en œuvre la célèbre méthode naturelle du Lieutenant Hébert (1875-1957) ? D’ailleurs, à l’heure de l’intérêt pour le végétarisme et d’un effet de mode autour de la pratique de la musculation, comment ne pas parler des travaux pionniers de cet officier, initialement en charge de l’éducation physique des fusiliers marins de Lorient ?

La méthode naturelle du Lieutenant Hébert en quelques mots

Développée au début du XXe siècle, la méthode Hébert est une méthode globale incluant trois axes : la pratique d’activités physiques, le développement de valeurs morales et de valeurs viriles.

hebert-gladiateurSon auteur s’est inspiré des qualités physiques de populations autochtones rencontrées lors de ses différents voyages, et qui n’étaient pas soumises aux contraintes de la vie citadine, considérée comme sédentaire et nocive. Il a donc eu l’idée de constituer un programme d’entraînement basé sur des exercices en mouvement et des parcours pratiqués en pleine nature, mais aussi sur une prise en charge globale de l’individu.

Initialement enseigné à l’armée dont Hébert a été rapidement évincé, le programme a ensuite été adapté à la jeunesse et aux femmes dans des centres de formation établis à Deauville, à Nice et à Paris[1]. Il a fait l’objet de nombreuses de publications, pour la plupart consultables à la BIU Santé[2].

Récupération et dérives

Dans le contexte politique du début du siècle, la méthode a été récupérée par des idéologies les plus diverses et les plus opposées. Le Front populaire la préférait à la pratique du sport au sens classique du terme dans la mesure où elle lui semblait s’éloigner d’une vision fasciste de l’éducation physique. Mais elle a également été récupérée par le régime de Vichy qui, en inversant la lecture de l’utilité de l’homme fort à la société prônée par Hébert, y voyait un moyen de lutte contre «l’inutilité des faibles». Il convient néanmoins de noter que cette récupération, qui jette une ombre sur les travaux d’Hébert, s’est faite sans l’agrément de l’ancien lieutenant de marine[3].

Quoi qu’il en soit, si vous hésitez encore à vous jeter à corps perdu dans la méthode, que ce soit pour des raisons éthiques ou parce que l’accrobranche sous l’orage ne vous attire pas plus que ça, pas de panique ! Votre «corps d’été» peut encore être sauvé par les nombreux ouvrages du lieutenant :natationImage source[4] : « Appareil de natation de MM. Petit et Dumoutier » in A.C. Collineau, La gymnastique, notions physiologiques et pédagogiques. Applications hygiéniques et médicales, Paris, 1884. Cote BIU Santé : 56637.

Chloé Perrot

Références

[1] G. Guillot, « Georges Hébert et l’éducation intégrale » in Revue EPS n°15, Université de Poitiers, 1992, p.161.

[2] Voir entre autres : G. Hébert, L’éducation physique ou l’entraînement complet par la méthode naturelle, Paris 1943, 11e éd. Cote : 156795. G. Hébert,  L’éducation physique, virile et morale, par la méthode naturelle, Paris, 1942, 3 vol. Cote : 156525.

[3] G. Guilot, Ibidem, p.166.

[4] Image modifiée numériquement par l’auteur de l’article. Aucun livre n’a été torturé.

Compte-rendu : séance de la SHP 30/03

SHPLe mercredi 30 mars 2016, la salle des Actes de la faculté de Pharmacie de Paris (4, avenue de l’Observatoire) a accueilli une séance de la Société d’Histoire de la Pharmacie, présidée par le professeur Olivier Lafont.

Trois conférences ont été présentées lors de cette réunion :

  • M. Charles Tamarelle, membre de la SHP : Les pots d’apothicairerie en bois tourné ;
  • Mme Nina Corlay, lauréate du Prix Maurice Bouvet et Henri Bonnemain (année 2015) de l’Académie nationale de pharmacie et ingénieur d’études à l’université d’Angers : Henri Bocquillon-Limousin (1856-1917) et la matière médicale coloniale ;
  • M. Olivier Lafont, président de la SHP : Les lieux successifs de l’enseignement pharmaceutique à Paris (ou De la maison de la charité chrétienne à la Faculté de pharmacie de Paris).

Les pots d’apothicairerie en bois tourné, par M. Charles Tamarelle

Image extraite de "Hygiène et médecine des deux sexes. Sciences mises à la portée de tous" (1885) d'Alexis CLERC
Image extraite de « Hygiène et médecine des deux sexes. Sciences mises à la portée de tous » (1885) d’Alexis CLERC

Lors de cette conférence, Charles Tamarelle a présenté l’histoire de la fabrication et de la diffusion des pots d’apothicairerie en bois tourné sur une période qui s’étend du XIVe à la fin du XIXe siècle. Il nous a fait voyager à travers les collections conservées aujourd’hui dans différents lieux comme le musée de la Pharmacie de l’université de Bâle, le musée municipal de Flessingue ou encore le musée de pharmacie de Lisbonne.

De l’origine des bois utilisés pour la fabrication de ces pots d’apothicairerie à l’évolution des formes, le conférencier a présenté l’état actuel de la recherche sur ce sujet.

Continuer la lecture de « Compte-rendu : séance de la SHP 30/03 »

Exposition « Le temps des asiles »

Du 11 mars au 21 mai 2016 se tient l’exposition «Le temps des asiles», à l’Institut hongrois de Paris (92, rue Bonaparte 75006 Paris) – à mi-chemin du pôle Médecine et du pôle Pharmacie.

«L’exposition propose une sélection d’œuvres et de documents provenant de la collection d’art psychiatrique de l’Académie hongroise des sciences. Conçue dans le souci de respecter l’historique de la collection, celle-ci nous plonge dans ces lieux de thérapie, si longtemps actifs et pourtant isolés sur le plan socio-culturel, qu’étaient jadis les asiles d’aliénés hongrois.»

buvarazakvariumban-689
J. Kirning : Le voilier Jacob, (détail) vers 1901 | Repr. Péter Hámori

L’Institut hongrois a sollicité plusieurs institutions parisiennes pour cette exposition, dont la bibliothèque de l’Académie de médecine. Seront ainsi exposés Les démoniaques dans l’art de Jean-Martin Charcot et Paul Richer, 1887, et Die Karikatur und Satire in der Medizin d’Eugen Holländer, 1905.

Informations : accueil@instituthongrois.fr | +33 1 43 26 06 44

desordre

Au même moment, la Cité des sciences propose une manifestation sur un thème voisin : «Mental désordre, changez de regard sur les troubles psychiques», accompagnée de rencontres, échanges, ateliers et visites (à partir du 5 avril 2016).

En savoir plus

Le site officiel de l’exposition à l’Institut hongrois

Présentation de l’exposition par la bibliothèque de l’Académie de médecine

Debut: 03/11/2016
Fin: 05/21/2016
92, rue Bonaparte
Paris, Île-de-France
75006
FR

En vidéo, découvrez la NLM de… 1963

La National Library of Medicine vient de mettre en ligne un film de 1963, au charme suranné, présentant ses missions de l’époque – encore d’actualité pour la plupart.

Après l’inauguration du nouveau bâtiment de Bethesda le 14 décembre 1961, on découvre les origines militaires de l’institution (Joseph Lovell en 1836), et le premier bâtiment de briques rouges ouvert au public à Washington en 1888.

Ce court documentaire (24 mn, sous-titrage anglais disponible) présente ensuite la NLM au moment où elle emménage dans ses locaux flambant neufs. Le travail en coulisses est détaillé au grand jour, à l’aube de l’informatisation : la collecte de la littérature médicale du monde entier, pour alimenter l’Index Medicus, ancêtre de PubMed (que vous pouvez toujours consulter dans la salle Landouzy du pôle Médecine de la BIU Santé), le choix des Subject Headings, sans oublier les collections patrimoniales (avec la Fabrique de Vésale en vedette américaine).

Si les bibliothécaires à chignon et les machines à écrire sont moins courantes de nos jours, on se plaint déjà de la prolifération excessive des documents (180.000 par an !) et l’on envisage le futur, avec Medlars, qui servira de base à PubMed trente ans plus tard.

Un témoignage passionnant sur la plus grande bibliothèque médicale du monde.

Les poètes et la publicité (journée d’études, 15 et 16/1)

Les vendredi 15 et samedi 16 janvier 2016 auront lieu deux journées d’études sur le thème :

Les Poètes et la publicité (19e-20e siècles)

poetes

« Ces journées seront consacrées à la relation entre poésie et publicité, de la modernité post-baudelairienne à la fin du 20e siècle. S’y retrouveront des chercheurs spécialistes de la période considérée et des doctorants. Une table ronde est prévue pour dialoguer avec les graphistes, poètes et concepteurs rédacteurs invités. »

Journées organisées par l’ANR, LITTéPUB et l’équipe Thalim-Écritures de la modernité.
Direction scientifique : Marie-Paule Berranger, Laurence Guellec.
Avec la collaboration d’Alexia Vidalenche.

En savoir plus

Le site de l’UMR 7172 avec le programme détaillé.

Debut: 01/15/2016
Fin: 01/16/2016
Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Salle Las Vargnas Centre Censier 13 rue de Santeuil
Paris, Île-de-France
75013
FR