Après 270 ans d’oubli, redécouverte de l’anatomie de Van Horne, trésor du 17e s.

[english version of this post]

251 dessins du Siècle d’or hollandais de Johannes Van Horne et Marten Sagemolen

van-horneEn 1656, à Amsterdam, Rembrandt peignait sa deuxième leçon d’anatomie. Au même moment, à Leyde, dans cette Hollande du Siècle d’or bouillonnant de nouveautés artistiques et scientifiques, le professeur d’anatomie Johannes Van Horne et le dessinateur Marten Sagemolen travaillaient à un grand atlas d’anatomie des muscles en couleur, sans équivalent à l’époque. Bien qu’elle soit restée inédite, la valeur de cette entreprise fut reconnue par des sommités de l’Europe savante. Puis ces dessins furent, étonnamment, perdus de vue au cours du XVIIIe siècle.

Quatre grands volumes, contenant 251 dessins, systématiquement réalisés et organisés en plusieurs séries et constituant une large partie de cet atlas d’anatomie, viennent d’être identifiés dans la collection de la BIU Santé.

La bibliothèque dévoile ainsi un nouveau trésor, avec lequel les historiens de la médecine et des sciences devront désormais compter, et qui devrait aussi exciter la curiosité des historiens de l’art.

IMG_6418-2A Myology by Johannes Van Horne and Marten Sagemolen: four books of original drawings dated from the Dutch Golden Age discovered at BIU Santé (Paris).
Identification, provenance, inventory.

In 1656 in Amsterdam, Rembrandt was painting his second lesson of Anatomy. At the same time, in Leiden, Johannes Van Horne, the renowned professor of Anatomy, and the painter Marten Sagemolen were working together at an unprecedented type of Anatomia. Despite the fact that the book remained unpublished, it was so innovative that the drawings almost instantly became famous among the European intelligentsia. But, strange as it may seem, they were totally forgotten during the eighteenth century and later on. Four large format sets of drawings for a total of 251 plates, organized in series – a large part of Van Horne and Sagemolen’s project – have just been identified in the BIU Santé collection. Today the library is enlightening a jewel and a milestone of significant interest to scholars in the History of Medicine, Sciences and Art.

L’identification a été effectuée grâce à Hans Buijs (Fondation Custodia, Paris) le vendredi 17 juin 2016. La lecture d’une phrase unique en marge d’un dessin daté de 1654 nous a donné le nom du dessinateur, mais aussi, de façon certaine, celle de son commanditaire, ainsi que d’importantes informations sur la constitution de la collection.

Signature de Marten Sagemolen datée de 1660 (Ms 29)
Signature de Marten Sagemolen datée de 1660 (Ms 29)
Le nom de Johannes Van Horne dans le Ms 29
Le nom de Johannes Van Horne dans le Ms 29

Cette même phrase se trouve en effet dans les papiers du célèbre médecin Herman Boerhaave (1668-1738), un des anciens propriétaire de ces volumes. Or Tim Huisman, dans sa thèse de doctorat de 2008, The Finger of God, Anatomical Practice in 17th-Century Leiden (univ. de Leyde, 2008. p. 73 sq), a édité et documenté ces fragments. Après l’examen des quatre manuscrits sous cette nouvelle et vive lumière, aucun doute ne subsiste plus sur leur identité.

Petite myologie du bras et de l'épaule, datée de 1654 et signée par Marten Sagemolen (Ms 29)
Petite myologie du bras et de l’épaule, datée de 1654 et signée par Marten Sagemolen (Ms 29)

Nous publions un article qui démontre l’identité des documents, donne une partie de leur histoire, et fournit un inventaire des quatre volumes. Cet article est susceptible de modifications : on trouvera les éventuelles versions corrigées à partir du présent billet et à la même adresse.

Télécharger l’article : La myologie de Johannes Van Horne et Marten Sagemolen : quatre volumes de dessins d’anatomie du Siècle d’or retrouvés à la Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris), par Jean-François Vincent et Chloé Perrot (version définitive, 31 août 2016. Licence CC By-SA 4.0)

Download the article: Johannes Van Horne and Marten Sagemolen’s myology: Four volumes of anatomical drawings of the Golden Age rediscovered at the Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris), by Jean-François Vincent and Chloé Perrot (final version, August 31, 2016. License CC By-SA 4.0)

Nous publions également les numérisations de travail que nous avons effectuées (voir ci-dessous). Elles permettront aux chercheurs et aux curieux d’examiner sans délai des documents qui sont fragiles, par endroits très encrassés, et qui réclament des restaurations importantes.

Lien vers les numérisations dans Medic@ :
Numérisation de travail du Ms 27
Numérisation de travail du Ms 28
Numérisation de travail du Ms 29
Numérisation de travail du Ms 30

Myologie du torse vu de profil (Ms 28)
Myologie du torse vu de profil (Ms 28)

La majeure partie de cet ensemble monumental est réalisée à l’échelle 1/2 : les vues de l’homme de la tête aux pieds mesurent 83 cm. Cette échelle tout à fait inhabituelle explique le format imposant des dessins.

Grande myologie du corps entier: vue de dos (Ms 30)
Grande myologie du corps entier: vue de dos (Ms 30)

Il est remarquable que les auteurs ont représenté l’homme vivant appuyé sur une toise graduée : un indice de l’importance qu’ils attribuaient à l’exactitude de la mesure dans leur œuvre.

Grande myologie du corps entier: sujet vivant s'appuyant sur une toise graduée (Ms 30)
Grande myologie du corps entier : sujet vivant s’appuyant sur une toise graduée (Ms 30; les blancs ont été altérés par le temps en un noir de suie)

La richesse de ces documents sort de l’ordinaire : l’originalité et l’ambition du projet dans son ensemble, l’organisation probablement native des volumes, l’abondance des dessins, la multiplicité des notes, les traces du travail technique du dessinateur, l’histoire des provenances, tout semble promettre des recherches particulièrement fructueuses.

Myologie du torse et du bras avec volet mobile (Ms 28)
Myologie du torse et du bras avec volet mobile (Ms 28)

La myologie de Van Horne et Sagemolen a voisiné au moins depuis 1784 avec un autre ensemble d’anatomie hollandais du XVIIe siècle, les 106 dessins géniaux du peintre Gérard de Lairesse pour l’anatomie de Bidloo (1685), qui fut également professeur d’anatomie à Leyde. C’est cette collection célèbre qui a jeté une ombre épaisse sur la collection aujourd’hui remise au jour, et qui en a dissimulé l’intérêt depuis le troisième quart du XVIIIe siècle. La série des dessins originaux de Lairesse, qui, tout comme les dessins de Van Horne et Sagemolen, appartient à notre bibliothèque depuis mars 1796, est consultable en ligne dans notre bibliothèque numérique Medic@.

Myologie du dos (Ms 27)
Myologie du dos (Ms 27)

Nous sommes par ailleurs en train de numériser depuis quelques mois les dessins qui se trouvent dans notre collection, travail qui est pour partie à l’origine de cette heureuse découverte. On peut déjà voir en ligne dans Medic@ les Dessins préparatoires pour le Traité complet de l’anatomie de l’Homme de J.-M. Bourgery, un autre important ensemble pour l’histoire de l’illustration d’anatomie.

Contacts

Ressources

La myologie de Johannes Van Horne et Marten Sagemolen : quatre volumes de dessins d’anatomie du Siècle d’or retrouvés à la Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris), par Jean-François Vincent et Chloé Perrot (version définitive, 31 août 2016. Licence CC By-SA 4.0) (PDF, 71 pages)

Lien vers les HD 300 DPI de quelques images (Licence ouverte ; mention de la source : « BIU Santé (Paris) ». – Fichier .zip. 98 Mo)

Comment interpréter la myologie inédite de Van Horne. Article de Jean-François Vincent paru dans La revue du praticien, vol. 66, novembre 2016 (reproduit avec l’aimable autorisation de l’éditeur).

Merci à Jean-Christophe Van Thienen, Professeur agrégé d’anglais, PRAG, université Lille 3, pour la traduction en anglais.

Enregistrer

Enregistrer

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

34 réflexions sur « Après 270 ans d’oubli, redécouverte de l’anatomie de Van Horne, trésor du 17e s. »

    1. Merci, cher Dr Alain Ségal.
      Vous fréquentez, depuis Reims, notre bibliothèque et utilisez ses services depuis 40 ans au moins.
      Nous avons encore des plaisirs à vous offrir !
      Très cordialement,

    1. Cher Pr Drizenko,
      nous avons bien le sentiment d’avoir exhumé une pépite et une pierre miliaire dans l’histoire de l’anatomie et de l’illustration médicale.
      Le chantier de fouilles est maintenant ouvert, à tous les chercheurs intéressés. Bonne pioche !
      Très cordialement.

    2. Un grand merci pour ce commentaire d’expert: nous en espérons d’autres dans les prochains temps et nous les attendons avec impatience!

  1. Sincères félicitations pour cette remarquable découverte!
    C’est formidable pour le prestige de la bibliothèque, autant que pour le rayonnement des admirables planches de Gérard de Lairesse, un des joyaux de la Réserve!

    1. Aujourd’hui, les dessins de Gérard de Lairesse ont retrouvé leur compagnon naturel et leur alter ego. De belles retrouvailles, et un bel accouplement, logique, inespéré, délectable.
      Très cordialement.

  2. Super découverte et une fois de plus dans des collections extraordinaires , un patrimoine dont l’Université et notre pays peuvent être fiers. Un champ de recherches s’ouvre, une thèse peut être……

  3. une publication en fac simile est-elle envisagée ? Et si vous le faisiez par souscription ? Moi en tout cas je souscrirais! est-ce que ce ne serait pas une source de financement pour la restauration des planches ?
    Etienne Carton de Grammont

    1. Merci pour votre suggestion. Après la phase de la découverte et de sa publication, nous réfléchissons à la meilleure manière de préserver, de restaurer et de valoriser ces documents, et les idées sont les bienvenues! Notez qu’aujourd’hui le quatrième volume a été mis en ligne dans Medic@: tous les dessins sont maintenant visibles.

      1. La préservation et la restauration des documents sont en effet les questions qui nous préoccupent maintenant. Nous avons contacté, à cet effet, plusieurs spécialistes, qui vont nous accompagner pour effectuer les meilleurs choix en la matière.
        Nécessairement, ces opérations auront un coût, qu’il faudra assumer. Toutes les options sont bien sûr envisageables (mécénat, partenariat éditorial…), et pourront/devront sans doute se combiner pour assurer la plus large diffusion (sous différents supports) à ces dessins qui, dès aujourd’hui, sont librement accessibles sur le web à tous les chercheurs, amateurs et curieux intéressés.
        Merci pour votre suggestion.

  4. Cher Monsieur Cobolet,
    Cette découverte et surtout sa mise à la disposition de tous force
    le respect de tous les amateurs d’Histoire de la médecine. Elle est le phare d’un long travail de recherche, de conservation et de numérisation qui permettent à des chercheurs du monde entier de profiter de la la bius.
    Qui en fait autant pour le rayonnement de la culture française ?

  5. Merci pour votre aimable appréciation.
    N’hésitez pas à transmettre l’information à vos collègues de l’AAIHP.
    Très cordialement.

  6. Il et toujours intéressant d’apporter un oeil nouveau sur des livres, revus, et publications de sciences et de médecine ancienne. Car l ‘HISTOIRE des sciences à travers ces dessins, tableaux, objets. Nous apporte un enrichissement personnel de savoirss et de culturess !!

  7. Nous partageons totalement votre sentiment : l’histoire des sciences doit avoir toute sa place à l’université, et peut-il y avoir de science sans histoire ?
    Ici, nous ne faisons aucune différence entre le patrimoine et le contemporain, qui sera demain patrimoine.
    Cordialement.

  8. Messieurs,

    Veuillez accepter tous mes compliments pour votre découverte scientifique et sa mise à disposition numérique presque immédiate pour tous les chercheurs.

    Accepteriez vous d’écrire très rapidement dans les semaines qui viennent quelques pages pour la revue papier « Morphologie « ( Masson) organe de l’association des morphologistes.

    Sincèrement

    Drs Patrice LE FLOCH-PRIGENT
    rédacteur de « Morphologie » partie anatomique

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire. Je répondrai par mail à votre demande d’article.
      Bien cordialement,
      Jean-François Vincent

  9. Quelle splendide ouvrage ! des préparations qu’on ne sait plus faire.
    Compliments admiratifs d’un ex-aide d’anatomie de la rue des Saints-Pères.

    1. Une semblable édition ne serait en tout état de cause possible, si elle se faisait, qu’après le nettoyage de l’ensemble, sa renumérisation, la réalisation d’expertises et de travaux de recherche pour le documenter, etc. Pour le moment, nous n’avons pas encore d’évaluation du budget ni de calendrier pour la partie physique de l’opération, même si les discussions avec des organismes partenaires avancent bien et nous permettent d’être optimistes: tout cela prend forcément du temps, et l’identification ne date que du 17 juin de cette année, n’est-ce pas! Je ne peux donc pour l’instant que vous remercier de votre impatience (qui nous va droit au cœur) et vous inviter, pourtant, à la patience!
      Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.