Parmentier est mort ! C’était un 17 décembre !

À l’occasion du 200e anniversaire de la mort d’Antoine-Augustin Parmentier (1737-1813), le Comité national a souhaité rendre un dernier hommage à cette importante figure de la pharmacie française. Rendez-vous a donc été donné, mardi 17 décembre 2013 – jour anniversaire, devant le tombeau du grand homme au cimetière du Père-Lachaise. C’est dans la 39e Division, proche de la Transversale n° 1, que se trouve aujourd’hui encore ce tombeau, un tombeau qui réunissait, il y a deux siècles déjà, un petit groupe d’amis restés fidèles à la mémoire du « bourru bienfaisant ».


En cette belle matinée d’automne, trois discours ont successivement été prononcés : le premier par Martine Aïach, présidente du Comité national de la célébration de la mort d’Antoine-Augustin Parmentier (voir le site du bicentenaire) ; le second par Anne Muratori-Philip, historienne et biographe du grand homme (voir l’exposition virtuelle de la BIU Santé) ; le dernier par François Chast, président honoraire de l’Académie nationale de pharmacie et membre de la Société d’histoire de la pharmacie (voir le programme de la séance inter-académique consacrée à Parmentier).

Une gerbe d’un genre un peu particulier a été réalisée pour l’occasion. Elle est l’œuvre d’Odile Ouagne, une créatrice spécialisée dans la sculpture sur légume (voir le site Odisculpture). Il s’agit d’une composition fleurie réalisée à partir de sculptures de pommes de terre et de courgettes, donnant l’illusion d’un bouquet de roses et de tulipes.

Retrouvez d’autres photographies du tombeau de Parmentier dans la banque d’images et de portraits de la BIU Santé.

Philippe Galanopoulos

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.