Fermetures de fin d’année

En raison des vacances universitaires de fin d’année, les deux sites de la BIU Santé seront fermés, ainsi que le service de questions-réponses en ligne BIUMInfo :

– à partir du samedi 21 décembre à 18h (au lieu de 20h habituellement) pour le pôle médecine-odontologie (12, rue de l’École-de-Médecine) ;

– à partir du vendredi 20 décembre à 20h pour le pôle pharmacie-biologie-cosmétologie (4, avenue de l’Observatoire).

Les deux sites rouvriront le lundi 6 janvier 2014 à 9h.

En attendant, nous vous proposons en cadeau quelques visuels de saison, tirés de la revue La Parfumerie moderne – revue dont les numérisations seront mises en ligne sur notre site pour Noël.

 

La trêve des confiseurs sera l’occasion de (re)découvrir nos services en ligne, disponibles 7 jours sur 7 et 24/24h, même en période de fêtes :

Pour les historiens, en accès libre : la bibliothèque numérique Medic@, la Banque d’images et de portraits, et pourquoi pas une petite visite du côté des expositions virtuelles. Et n’oubliez pas que vous avez jusqu’au 15 décembre 2013 pour faire numériser via EOD les ouvrages anciens de notre bibliothèque, au tarif préférentiel de 10 euros seulement (quel que soit le nombre de pages). Un cadeau de Noël original, qui ne prend pas de place et que vous n’aurez même pas besoin d’emballer.

Pour les lecteurs de Paris Descartes, les bases de données en médecine ou en pharmacie, les revues électroniques et les livres électroniques en médecine ou en pharmacie.

Et pour patienter en attendant le 24 décembre, vous pouvez consulter quelques calendriers de l’Avent originaux :

– sur le site de la Cochrane Library (en anglais) ;

le calendrier de l’Avent du domaine public, pour découvrir quels auteurs passeront dans le domaine public en 2014.

D’ici là, l’équipe de la BIU Santé vous souhaite à tous de bonnes fêtes de fin d’année.

Congrès de la Société Française d’Histoire des Sciences et Techniques. Appel à communication.

Lyon, 28-30 avril 2014

À l’occasion du Congrès de la Société Française d’Histoire des Sciences et Techniques, le Club d’histoire de la chimie (SFC) organise une session sur le thème suivant:

« La chimie entre les deux guerres : l’affirmation d’une profession dans le contexte d’une profonde recomposition industrielle »

Publicité pour les produits Rhône Poulenc. Dans : Chimie et industrie, n° 1, juillet 1933 [Cote BIU Santé Pharmacie : P 10100]
L’après Première Guerre mondiale a été un déclencheur pour la professionnalisation de la chimie en France, parallèlement à une recomposition importante de l’industrie chimique dans un cadre économique profondément modifié.

Ainsi, les chimistes, à travers leurs associations représentatives, ont cherché à mieux représenter et défendre leur métier. Les organisations professionnelles, et la formation des chimistes, notamment dans les écoles d’ingénieurs, seront un premier thème à examiner.

Parallèlement, la modification du paysage industriel durant l’effort de guerre a généré la mise en production massive de différents  produits, entraînant un développement important de certaines entreprises. Et, après la guerre, la prise des brevets allemands en a amené d’autres (l’azote par ex.).  L’étude de ces évolutions ainsi que le développement des recherches académiques et industrielles (en pharmacie, catalyse, polymères ou colorants) sera un second thème à aborder.

D’autres secteurs ont rencontré le même souci de réorganisation après la guerre. La chimie ayant été amenée à répondre à leurs demandes, qu’en est-il par exemple des relations établies avec l’aéronautique, l’automobile, l’industrie électrique, ou le textile ? La place de la région lyonnaise dans ces différentes évolutions scientifiques et industrielles sera un dernier thème à mettre en valeur dans cette session.

Les collègues intéressés sont invités à proposer des communications à cette session, auprès du site officiel du congrès, comme indiqué ci-dessous : http://sfhst2014lyon.sciencesconf.org/

Pour plus de renseignements, veuillez contacter Danielle Fauque.

 

Continuer la lecture de « Congrès de la Société Française d’Histoire des Sciences et Techniques. Appel à communication. »

Formez-vous à PubMed

Améliorer vos recherches dans PubMed ?

Apprendre à chercher des articles dans PubMed était l’une de vos résolutions pour l’année 2013 ?

Et maintenant que Noël approche, vous craignez de ne pas pouvoir tenir vos engagements ?

Heureusement pour vous, il reste des places pour notre prochaine formation sur le sujet (la dernière de l’année 2013 !), le mercredi 11 décembre, de 16h30 à 19h.

Détails et inscriptions sur cette page :

http://www2.biusante.parisdescartes.fr/formations/?do=init

Prix 2013 de la Société Française d’Histoire de la Médecine

La Société Française d’Histoire de la Médecine décerne chaque année deux prix donnant droit au titre de lauréat de la Société.

Ces prix concernent des mémoires de master ou des thèses consacrés à l’histoire de la médecine, publiés ou soutenus, en langue française, durant les 24 mois précédant le mois d’octobre de l’année en cours.

Ces prix sont attribués de la manière suivante :
– l’un au titre d’une thèse ou d’un mémoire de master émanant d’une faculté de médecine ;
– et l’autre au titre d’une thèse ou d’un mémoire de master émanant d’une faculté ou d’une école « autre que médecine ».

Félix Vicq d’Azyr. Frontispice du Traité d’anatomie et de physiologie (F-A Didot, 1786).

Chaque prix donne droit à une médaille de la société gravée au nom du lauréat et sera accompagné d’un chèque (d’un montant variable décidé chaque année par le CA), à condition que le candidat assiste à la séance de proclamation et de remise des prix lors de la séance solennelle du mois de mars.

[Mise à jour] Les candidats doivent envoyer deux exemplaires de leur mémoire ou thèse, accompagnés d’une notice biographique, avant le 15 janvier 2014 (au lieu du 31 décembre 2013) à l’adresse suivante :

M. Guy COBOLET
Bibliothèque Interuniversitaire de Santé
12, rue de l’École-de-Médecine
75270 PARIS Cedex 06

Des nouvelles de l’Open Access

Pour mémoire, l’Open Access (ou « libre accès » en bon français) est un mouvement de mise en ligne de contenus numériques, dont on parle surtout à propos des travaux de niveau universitaire. Il permet au final d’avoir accès de manière gratuite et sans abonnement aux résultats de la recherche (tout en sachant que le système n’est pas toujours gratuit du côté des auteurs et des institutions).

L’actualité est particulièrement riche en la matière, après l’Open Access Week qui vient d’avoir lieu fin octobre (comme tous les ans)  – et les appels et controverses du début de l’année :

– Le 24 octobre 2013 a eu lieu à Lausanne un colloque intitulé « auteurs, éditeurs, financeurs et institutions au service de la diffusion des résultats de la recherche scientifique ».

Les présentations et vidéos de cette manifestation viennent d’être mises en ligne à l’adresse suivante par la bibliothèque de l’EPFL ;

– Le 18 novembre 2013 a été lancé l’Open Access Button. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un… bouton à rajouter dans votre navigateur Internet. Il vous permettra de faire part de votre dépit au monde entier quand vous n’arrivez pas à accéder à un article en ligne (dans le but de cartographier les « entraves » au libre accès). Cet outil vous aide ensuite à vérifier qu’une alternative gratuite n’existe pas pour accéder au contenu recherché (via Google Scholar, par exemple) ;

Plus d’informations à lire dans cet article de la Boîte à outils des historiens ou celui de Framasoft ;

– Les 19 et 20 novembre 2013 s’est tenue la conférence internationale Berlin 11 : nos collègues de la BU d’Angers reviennent sur cette manifestation fondatrice de l’Open Access dans leur blog consacré aux archives ouvertes ;

– La Royal Society of Chemistry vient de lancer un répertoire d’articles en libre accès. On y trouve des articles en… chimie (!) déposés par leurs auteurs (mais pas de pré-publications) ;

– Au contraire, bioRxiv n’accueille que des pré-publications dans le domaine des sciences de la vie. Cette archive ouverte a été mise en place par le Cold Spring Harbor Laboratory.

– Pour finir, nous vous rappelons l’existence de Base Lab (pour Bielefeld Academic Search Engine). Ce moteur de recherche est spécialisé dans les ressources scientifiques en accès libre. Vous y trouverez beaucoup de documents médicaux (PubMed Central, entre autres), sans compter les inestimables ressources de Gallica et Medic@ (en toute modestie). Une interface mobile est disponible, ainsi qu’un système de création d’alertes par flux RSS.

Cancérologie : rétrospective et nouvelles stratégies thérapeutiques

Alors que le 2ème Plan Cancer (2009-2013) est à l’heure du bilan et que le 3ème Plan Cancer (2014-2018) est entré dans sa phase finale d’élaboration, deux ouvrages récents, parus tous les deux en septembre 2013, retracent l’histoire de la cancérologie et présentent ses dernières avancées.
Le premier, une somme passionnante et très documentée de plus de 600 pages, est dû à un jeune cancérologue américain de 43 ans, d’origine indienne, Siddhartha MUKHERJEE. Sous le titre L’empereur de toutes les maladies : une biographie du cancer, les éditions Flammarion publient la traduction française de The Emperor of all maladies: a biography of cancer, paru en novembre 2010 aux États-Unis, où il a été salué en 2011 par le prestigieux prix Pulitzer, dans la catégorie Essais, et traduit depuis dans 40 langues.

Aujourd’hui professeur assistant à l’École de médecine de l’Université Columbia (New York) et médecin au Service d’oncologie du New York Presbyterian Hospital, l’auteur y raconte en détail l’épopée et les progrès de sa discipline, depuis les pionniers jusqu’à nos jours, sans oublier les patients, en illustrant et entremêlant son récit d’histoires individuelles. Chacun se sent concerné par cette aventure humaine captivante, où des médecins et leurs malades luttent contre un ennemi commun redouté, multiforme, qui demeure la première cause de mortalité dans les pays développés. Le cancer est devenu une expérience universelle et le besoin de mieux connaître ce vieil ennemi et les traitements qui permettent de le combattre est plus fort que jamais.
L’ouvrage est accompagné d’abondantes notes bibliographiques (65 p.) et d’un index de 24 pages. Il est disponible au Pôle Pharmacie de la BIU Santé (Salle Dorveaux, espace Actualités) sous la cote 616.994 009 MUK.

Autre témoignage, autre « roman vrai », celui du Pr Thomas TURSZ, publié aux éditions Odile Jacob sous le titre La nouvelle médecine du cancer : histoire et espoir (252 p.).
Disponible à la BIU Santé Pôle Pharmacie, salle Dorveaux, espace Actualités, cote 616.994 KAY.

L’auteur, professeur émérite de cancérologie à la Faculté de médecine de Paris-Sud, a été directeur de l’Institut Gustave-Roussy, à Villejuif, de 1994 à 2010. Il raconte la naissance et l’histoire de la cancérologie française et consacre une large place à la médecine du cancer d’aujourd’hui et de demain, illustrée par les progrès de la « médecine personnalisée ». Les « chimistes qui synthétiseront les médicaments de demain […] seront guidés par les données de la génétique et de la biologie moléculaire. Les cibles de ces médicaments ne sont en effet plus les cellules qui se divisent, mais des anomalies moléculaires précises et caractéristiques des cellules cancéreuses. » (p. 196). Ainsi déjà, au début des années 1990, la mise au point de l’Herceptine® (trastuzumab) par les Laboratoires Roche, un anticorps monoclonal recombinant, avait ouvert la voie au traitement ciblé de certains cancers du sein.

Le séquençage complet du génome d’une tumeur permet aujourd’hui de décrypter des anomalies moléculaires précises, de déterminer leur implication dans la genèse d’un cancer humain et de synthétiser un médicament spécifiquement ciblé (« personnalisé ») pour ce cancer. Le premier médicament de ce type fut le Glivec® (imatinib) (p. 206-219), des Laboratoires Novartis, utilisé en particulier dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique.
Mais les tâches qui attendent les chercheurs restent immenses et nécessitent des coopérations qui dépassent le cadre national.

Au-delà de cet aspect technique, la personnalisation doit aussi se traduire par plus d’attention dans la prise en charge des malades et de leurs familles, plus d’écoute, de respect et d’humanité.
Sur cet aspect, on lira avec intérêt le témoignage publié en février 2013 aux éditions Odile Jacob, sous le titre De larmes et de sang (254 p.), par le Pr David KHAYAT, professeur à l’UPMC, chef du service d’oncologie médicale à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Vous trouverez cet ouvrage en libre-accès à la BIU Santé Pôle Pharmacie, salle Dorveaux, cote 616.994 KHA et à la BIU Santé Pôle Médecine, Magasins, cote 197516.

N’oubliez pas aussi la prochaine conférence « Éthique et cancer : la médecine personnalisée », qui sera donnée par le Pr Hervé FRIDMAN (Université Paris Descartes) le mardi 10 décembre 2013 à 18h, dans le cadre des Rencontres d’Hippocrate.

Nous vous rappelons aussi le dossier d’information hébergé par l’INSERM et le web-documentaire « Recherche sur les cancers : tout s’accélère ».

 

 

 

Rappelons enfin, avant de refermer ce billet, la parution en décembre 2012 aux Éditions Eska de l’ouvrage technique dû au Pr Jean TRÉDANIEL, professeur de cancérologie à l’Université Paris Descartes, en charge de l’unité de cancérologie du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph : Les médicaments des cancers : une approche pratique des médicaments à notre disposition (315 p.).

Un vade mecum clair et didactique qui fait le point sur les caractéristiques pharmacologiques des grandes classes de médicaments anticancéreux et décrit les particularités des principaux agents. Cette mise à jour entièrement réécrite de son ouvrage sur Les médicaments du cancer (publié en 2009), accorde une attention particulière aux médicaments les plus récents, ces médicaments à cible(s) moléculaire(s) plus ou moins spécifiques d’un ou plusieurs cancers. Expert français et européen, le Pr Jean TRÉDANIEL est membre du Scientific Advisory Group – Oncology, de l’Agence européenne des médicaments, qui examine les demandes d’autorisation de tous les nouveaux médicaments en cancérologie.
Vous trouverez cet ouvrage en libre-accès à la BIU Santé Pôle Pharmacie, salle Dorveaux, espace Actualités, cote 616.994 061 TRE et à la BIU Santé Pôle Médecine, Magasins, cote 197256.

 

Alain Delaforge et Jeremy Schreiber

Continuer la lecture de « Cancérologie : rétrospective et nouvelles stratégies thérapeutiques »

Hélios, centre de recherche Parfums & Cosmétiques

Le groupe LVMH a inauguré le 18 novembre 2013 son nouveau centre de recherche Parfums et Cosmétiques à Saint-Jean-de-Braye près d’Orléans, au cœur de la Cosmetic Valley française.

Photo LVMH Recherche – So:l’Ange photographie

Baptisé Hélios, ce bâtiment de 18.000 m2 dédié aux parfums et cosmétiques témoigne de l’investissement du groupe LVMH dans le domaine de la cosmétiquepour mémoire, la BIU Santé est CADIST en médecine, odontologie et cosmétologie. La bibliothèque est donc pôle de référence pour ces trois thématiques, au niveau national.

Hélios est un campus ultra-moderne, entièrement dédié à la recherche, à la création et à l’innovation, qui rassemble 250 chercheurs au service des maisons Christian Dior, Guerlain, Parfums Givenchy et Fresh.

250 chercheurs y développent de nouveaux produits autour de trois axes stratégiques : la recherche, le développement et l’expertise. Plus de 20 métiers et spécialités y sont représentés : la biologie cellulaire et moléculaire, la physicochimie, l’ethnobotanique, l’analyse sensorielle, la formulation, l’innovation galénique, la toxicologie, l’histologie… Les profils des chercheurs sont nombreux mais on notera la présence de pharmaciens en toxicologie, formulation, affaires réglementaires, recherche, communication…

Pour en savoir plus, des articles du Monde et de France 3 Centre.

Formez-vous à la Cochrane Library

Améliorer vos recherches en Evidence-Based Medicine ?

 

Il reste des places pour notre prochaine formation sur la Cochrane Library, le mercredi 27 novembre, de 14h à 16h.

Détails et inscriptions sur cette page :

http://www2.biusante.parisdescartes.fr/formations/?do=init

Ebooks EOD à 10 euros

Offrez un ebook EOD pour Noël !

Jusqu’au 15 décembre 2013 plus d’un million d’ebooks EOD sont disponibles au prix unique de 10 euros, quel que soit le nombre de pages (au lieu du tarif habituel de 10 € + 0.15 € par page).

Les bibliothèques se réservent le droit de faire des exceptions dans certains cas spéciaux. Consultez les termes et conditons après avoir cliqué sur le bouton « commander un eBook » dans la notice du livre qui vous intéresse.

Noël 1522 : Riva di San Nazzaro offre un ebook EOD à François de Clermont.

Pour mémoire, EOD permet de commander des copies numériques des ouvrages libres de droit présents dans les fonds des institutions participantes. Depuis notre catalogue ou le SUDOC, il suffit de cliquer sur l’icône ci-dessous pour demander la reproduction de nos documents antérieurs à 1900.Bouton EOD

 

Les documents scannés sont fournis en quelques jours à celui qui les a commandés. Au bout de quelques mois seulement, ils deviennent consultables librement par tous.

Le moteur de recherche EOD comprend déjà plus de 3,5 millions d’ouvrages. 35 institutions de 12 pays différents participent au réseau, dont en France la BIU Santé et les bibliothèques universitaires de Strasbourg.

Plus d’informations en cliquant sur les liens ci-dessous :

EOD : http://books2ebooks.eu

Moteur de recherche : http://search.books2ebooks.eu

Twitter : http://twitter.com/eod_ebooks

Page Facebook : http://www.facebook.com/eod.ebooks

Éthique et cancer (rencontre d’Hippocrate le 10 décembre)

Éthique et cancer : la médecine personnalisée

Logo rencontres d'HippocrateLa prochaine « Rencontre d’Hippocrate » aura lieu le mardi 10 décembre 2013, sur le thème « Éthique et cancer : la médecine personnalisée« .

Photo droits réservés EATI.

Conférence prononcée par Hervé Fridman, professeur à l’université Paris Descartes et directeur du Centre de recherche des Cordeliers. En visioconférence avec l’université d’Ottawa.

La conférence aura lieu dans l’amphithéâtre Richet (15, rue de l’École-de-Médecine, site des Cordeliers, 2e étage) de 18h à 20h30. Elle sera filmée puis mise en ligne à l’adresse suivante.

L’accès à ces rencontres est libre et ne nécessite pas d’inscription.

Retrouvez le programme 2013-2014 et les vidéos des sessions précédentes en cliquant sur ce lien.

Continuer la lecture de « Éthique et cancer (rencontre d’Hippocrate le 10 décembre) »