Orcid : l’avis d’un médecin publiant

Comment ça marche ?

En 2013, nous vous avions parlé rapidement des identifiants Orcid, et de leur utilité pour les chercheurs.

Orcid a été créé en 2012 par un organisme international, non commercial, regroupant des établissements de recherche, des universités, des éditeurs… Le principe est simple : chaque chercheur s’inscrit gratuitement, et se voit attribuer un numéro unique, à 16 chiffres, qui le suivra pendant toute sa carrière.

L’intérêt : lier sans ambiguïté les auteurs et leurs publications. Pour éviter les problèmes d’homonymie, de graphies et d’accents dans les patronymes, de deuxièmes prénoms, de noms de femmes mariées qui remplacent les noms de jeunes filles…

Près de 2 millions d’identifiants Orcid ont déjà été attribués. Ce système est en train de s’imposer comme le principal identifiant pour les chercheurs du monde entier.

Sur le site Orcid, le chercheur dispose alors de sa page personnelle, où il peut afficher ses publications – liste qui peut se mettre à jour de manière automatique (via Crossref ou DataCite – si vous utilisez votre numéro au moment de soumettre vos articles).

orcid

L’intérêt pour un jeune chercheur

Aujourd’hui, nous laissons la parole à Ludovic Hery, assistant en médecine interne, sur son utilisation de ce système et l’intérêt qu’il lui trouve :

«Un ami, un jour, me demanda quel était l’intérêt d’Orcid (Open Researcher and Contributor ID). Pourquoi j’avais un compte et s’il devait en avoir un ?

lhJe lui répondis que tout comme j’avais une carte d’identité pour être en mesure de prouver qui j’étais, Orcid était une sorte de passeport pour «chercheur-publiant-numérique», précisant de manière non ambiguë ce que j’avais publié.

Il me demanda si cela n’était déjà pas le cas avec ResearchGate, ResearcherID ou IdRef, et les autres identifiants pour chercheurs. Researchgate est une entreprise privée, qui sait si elle existera encore dans 10 ans ? ResearcherID est lié à la plateforme Web of Science, et aux publications qui y sont répertoriées – et il peut de toute façon se lier à Orcid, qui est moins limité. IdRef est un identifiant géré par les bibliothèques pour leurs catalogues, les chercheurs n’ont pas la main dessus.

Et ces outils ne possèdent pas les avantages d’Orcid :

  • Il est géré par un organisme à but non lucratif, tourné vers l’Open Science et en ces temps difficiles, un organisme prônant cet état d’esprit peut être intéressant.
  • Des nations entières commencent à attribuer d’office des numéros à leurs chercheurs (1,2). La Suède s’y met aussi au niveau national. Seul bémol, quand un chercheur s’inscrit à titre individuel, personne – pour l’instant – ne vérifie son identité.
  • De nombreux éditeurs demandent maintenant un compte (Nature, Springer, Elsevier, etc.) (3). Via des moyens comme CrossRef, ils lient leurs publications à Orcid (4). Cela permet, lorsque l’éditeur met à jour l’article, d’actualiser directement la référence dans votre compte.
  • Des systèmes comme arXiv.org (incontournable dans le monde des mathématiques) préconisent son utilisation (5). Les bases de données (PubMed, Scopus, etc.) y sont aussi associées (6). On peut enfin indiquer son numéro dans son IdHal, quand on dépose dans l’archive ouverte HAL. Et obtenir des altmetrics sur ses papiers en rentrant simplement son n° à l’adresse suivante.altmetrics
  • On est assuré de faire gagner de l’argent à l’institution. Le compte Orcid étant unique, l’institution peut demander aux auteurs leurs numéros, ce qui lui permet d’identifier simplement tous les articles que ses médecins ont publiés. Donc gain d’argent pour les institutions et de temps pour les médecins.
  • Des sociétés savantes ainsi que des institutions l’utilisent pour suivre leurs membres et leur travail (par exemple avec SAMPRA (le futur de SIGAPS) (7), pas besoin de s’embêter pour l’auteur. ).

La France n’est pas dans le top 10 des pays utilisant ce système. Les États-Unis, le Japon, l’Inde, l’Australie, l’utilisent plus que nous mais nous commençons seulement à connaître l’outil. Nous avançons (3). L’auteur du blog «Rédaction Médicale et Scientifique» le préconise (8) également.

Si tous mes arguments précédents ne lui suffisent pas, je lui ai proposé de passer la parole aux experts. Voici donc :

* Les 10 choses que vous devez savoir sur Orcid (in English, please)

* Un poster + un pictogramme qui expliquent tout

* Un site répertoriant de nouveau tous les points d’intérêts +  un PREZI sur ORCID.

* Pour finir un papier de Nature de 2015.

Il pianota alors sur son smartphone et me dit : « C’est fait en 30 secondes !!! »

Et vous, franchirez-vous le pas ?»

En savoir plus sur Orcid

Pages de Form@doct (université européenne de Bretagne) sur l’identité numérique et les identifiants chercheurs.

Pour savoir comment prononcer Orcid (une vraie question !), la réponse officielle se trouve ici.

Bibliographie

1. Kerridge S. The UK Recommends ORCID [Internet]. 2015 [cité 3 avr 2016]. Disponible sur : http://orcid.org/blog/2015/07/16/uk-recommends-orcid

2. What is ORCID and why is it important? [Internet]. Jisc. [cité 3 avr 2016]. Disponible sur : https://www.jisc.ac.uk/blog/what-is-orcid-and-why-is-it-important-03-oct-2013

3. ORCID, much more than a number / ORCID, más que un número [Internet]. 2013 [cité 3 avr 2016]. Disponible sur : https://sisobproject.wordpress.com/2013/03/11/orcid-much-more-than-a-number-orcid-mas-que-un-numero/

4. Crossref to Auto-Update ORCID Records – Crossref Blog [Internet]. [cité 4 avr 2016]. Disponible sur : http://blog.crossref.org/2015/09/orcid-auto-update.html

5. arXiv.org help – ORCID identifiers [Internet]. [cité 3 avr 2016]. Disponible sur : https://arxiv.org/help/orcid

6. My NCBI – ORCID Author Data Integration with SciENcv [Internet]. [cité 3 avr 2016]. Disponible sur : https://www.nlm.nih.gov/pubs/techbull/so14/so14_sciencv_orcid.html

7. 8 questions sur SIGAPS et SAMPRA – [Internet]. Le blog actualités de la BIU Santé. 2016 [cité 3 avr 2016]. Disponible sur : http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/sigaps-sampra/

8. Rédaction Médicale et Scientifique : ORCID : la carte d’identité des auteurs… créez votre identifiant auteur avec vos publications indexées listées automatiquement [Internet]. [cité 3 avr 2016]. Disponible sur : http://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2012/12/orcid-une-base-pour-tous-les-auteurs-pour-avoir-votre-identifiant-auteur-avec-vos-publications-ind%C3%A9x.html

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.