Dievx de la BIV : un caprice hygiénique

octobre2016Télécharger le calendrier d’octobre 2016.

Cette livraison d’octobre vous propose une estampe, issue de nos collections, mais dont nous savons bien peu de choses.

Elle fut publiée en 1877 par l’imprimeur Cadart, la gravure est d’Alphonse-Charles Masson (1814-1898) d’après le peintre Charles Bulteau. Elle représente une femme nue, marchant sur les mains, sous le titre énigmatique «Caprice hygiénique». La dame en question est visiblement en train de faire de la gymnastique, comme l’attestent les gants et haltères posés à terre. Mais pourquoi cette (absence de) tenue, et ce tableau de guingois dans le fond ?

Le tableau original semble être cité par René Ferdas dans son texte La physiologie expérimentale et le Roman expérimental, Claude Bernard et M. Zola  (1881) – à propos de la conception de l’artiste, sur laquelle s’opposent Claude Bernard et Zola :

«Qui ne se souvient du tableau de M. Bulteau, exposé il y a deux ans, je crois, – intitulé Un caprice hygiénique, et représentant une femme nue marchant sur les mains ? – c’est là, il me semble, une œuvre d’art originale.»

Œuvre qui aurait aussi été l’objet d’un procès à la même période, entre Mme Duval, sa propriétaire, et un théâtre qui l’aurait utilisé pour un décor. Mais ceci est une autre histoire…

Les lecteurs qui auraient plus d’informations à nous donner sur cette œuvre sont les bienvenus !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

1 réflexion sur « Dievx de la BIV : un caprice hygiénique »

  1. bonjour j’ai retrouvé un tableau représentant caprice hygiénique de charles bulteau,il est signé.merci de me renseigner sur cette gravure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.