De l’argile au nuage : une archéologie des catalogues

Ouverture le vendredi 13 mars de la nouvelle exposition de la Bibliothèque Mazarine :

De l’argile au nuage : une archéologie des catalogues (2e millénaire av. J-C – 21e siècle)

Organisée par la Bibliothèque Mazarine et la Bibliothèque de Genève jusqu’au 13 mai 2015, cette exposition retrace l’histoire du catalogue à travers les siècles, depuis ses origines sous forme de tablette d’argile jusqu’à aujourd’hui sous forme informatique et dématérialisée.

L’exposition est accessible gratuitement du lundi au vendredi du 10h à 18h. Elle sera reprise à la bibliothèque de Genève du 18 septembre au 21 novembre 2015.

Catalogues en placards

Deux documents de la BIU Santé sont mis en lumière dans cette exposition. Il s’agit de catalogues de libraires de la fin du 16e siècle, imprimés à Bâle sous forme de placards, dont aucun autre exemplaire n’est connu à ce jour :
–    le premier, publié en 1580, propose des titres imprimés pour Eusebius Episcopius, qui géra l’Officina Hervagiana à partir de 1568, à la suite de la mort de Johann Herwagen ;
–    le second, publié en 1592, propose des titres publiés par les frères Nikolaus II Episcopius et Eusebius Episcopius, présentés par sujets, en vente dans la boutique de Hieronymus Gemusaeus.

La rareté de ces documents s’explique par le fait que ces listes qui apparurent dès 1470, produites rapidement, souvent à l’économie, avaient une utilité éphémère et n’avaient pas vocation à être conservées. Elles ont dû être jetées comme n’importe quel autre prospectus. C’est donc par hasard que les exemplaires conservés nous sont parvenus.

Avant d’être exposés, ces deux placards ont fait l’objet d’une restauration minutieuse dans l’atelier de la Bibliothèque Mazarine. Ils ont été sortis du volume dans lequel ils étaient montés et pliés, ils ont été mis à plat, nettoyés et consolidés. Cette restauration nous a aimablement été proposée par Yann Sordet, directeur de la Bibliothèque Mazarine, que nous tenons à remercier pour son initiative.

Fichier rotatif Columbia

Un autre élément mis en valeur dans cette exposition (mais non prêté, vous allez voir pourquoi) est le fichier rotatif qui orne la grande salle du pôle Médecine de la BIU Santé.

Impossible de le manquer quand on pénètre dans la grande salle de lecture : constitué de deux rangées double face, il présente des fiches par titres, auteurs, matières… comme on en trouvait dans toutes les bibliothèques. L’originalité n’est pas apparente au premier abord : chaque ensemble de cartes peut en fait pivoter sur un axe, à la manière d’un tambour de machine à laver, pour dévoiler les autres fiches et la suite du classement ; autant de place gagnée.

De nos jours, les données contenues dans ce fichier ont été pour la plupart incluses dans notre catalogue informatisé. Mais il constitue toujours un outil de dernier recours quand il s’agit de vérifier une référence.

Et son aspect massif continue à attirer l’attention de nos visiteurs de passage :

Ce mobilier était jusqu’ici peu documenté. L’organisation de l’exposition a donné lieu à une modeste enquête qui a permis de reconstituer son histoire.

Seule une étiquette « Columbia » laissait présager une possible origine américaine. Le Center for Research Libraries de Chicago et la National Library of Medicine ont été sollicités pour leur expertise. Un appel à l’aide sur les réseaux sociaux a également été lancé, mais en vain. Au contraire, une plongée dans les archives de la BIUM a permis d’en découvrir davantage : la société Columbia était en fait basée à… Paris.

D’après Mme Samion-Contet (bibliothécaire spécialiste en retraite), ce catalogue aurait été commandé à la fin des années 40. Et en effet, des factures retrouvées ont confirmé la livraison de la bête en 1951-1952. Un prospectus promotionnel d’époque a également été exhumé, vantant sa modernité.

Ledit fichier (modèle « Sipan ») a bénéficié à l’époque des honneurs du Bulletin d’informations de la Direction des bibliothèques de France.

En savoir plus

– Plus d’informations sur les sites web de la Bibliothèque Mazarine et de la Bibliothèque de Genève.

Le livre entre le commerce et l’histoire des idées. Les catalogues de libraires (XVe-XIXe siècle), études réunies par Annie Charon, Claire Lesage et Eve Netchine, Paris : École des Chartes, 2011 (cote BIU Santé 195 218)
À lire en particulier la description faite par Giles Mandelbrote à la fin de son article « Les catalogues de libraires dans les collections de sir Hans Sloane (1660-1753). Provenance et transmission » (p. 203-234)

– Se référer au catalogue de l’exposition et en particulier aux pages 25-26 de l’article de Yann Sordet, « Pour une histoire des catalogues de livres : matérialités, formes, usages ». Catalogue édité par la Bibliothèque Mazarine, la Bibliothèque de Genève et les Éditions des Cendres (ISBN 979-10-90853-05-8 / 978-2-86742-230-0), disponible à la BIU Santé.

Estelle Lambert & David Benoist

23 quai de Conti
Paris, Île-de-France
75006
FR
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

4 réflexions sur « De l’argile au nuage : une archéologie des catalogues »

    1. Bonjour,
      effectivement c’était bien une fabrication Française et produite dans une usine à Issy les Moulineaux.
      L’inventeur et propriétaire de Columbia était Mr Wolff André (Mon GP).

  1. Bonjour,

    Merci pour cet article , je viens de retrouver grâce à vous que je viens de récupérer 3 Columbia Rolling. Si vous avez d’autres articles sur le sujet ou d’explication, je suis preneuse. C’est un très beau mobilier avec de belles courbes. Je n’ai aucune idée de leur valeur actuelle.

    Merci encore !

    1. Columbia fabriquait surtout des fichiers rotatifs destinés aux entreprises (classement de fiches, de dossiers, d’archives).
      Sur Ebay, de temps en temps, passent en vente de tels fichiers, qui sont proposés pour quelques centaines d’euros.
      Guy Cobolet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.