1re JNBDS, enfin les photos !

Le 19 juin 2017 a eu lieu la première Journée nationale des bibliothécaires et documentalistes en santé (JNBDS). Vous avez été nombreux à vous y inscrire, plus d’une centaine de collègues de toute la France. Merci à vous tous, documentalistes et bibliothécaires, d’avoir donné vie à cette manifestation inédite, qui n’aurait pas été un succès sans votre implication.

Vous retrouverez prochainement sur notre site une page dédiée à cette journée, avec tous les documents collectés (interventions, posters, comptes rendus des ateliers, etc. N’hésitez pas à nous les envoyer rapidement, si ce n’est déjà fait). En attendant, voici un premier retour sous forme de billet de blog.

Après un mot d’accueil par Sabine Labare, directrice adjointe de la BIU Santé, les deux interventions de la matinée ont porté sur les licences nationales et la conservation partagée, avec Jean-Louis Baraggioli (CTLes) et Emeline Dalsorg (BIU Santé). La pause fut suivie d’une table ronde très animée, qui portait sur la manière de toucher nos différents publics et sur les services à leur proposer.

Une photo de famille fut improvisée, puis nous avons pu profiter d’un buffet copieux. Merci à vous d’avoir apporté toutes ces victuailles. Sans oublier un petit tour pour regarder les posters avant de se disperser à nouveau.

Et pour l’après-midi, 12 ateliers différents (dont vous retrouverez les thèmes dans le programme), sous une chaleur redoutable.

Gaétan Kerdelhué (CHU Rouen / CISMeF) a conclu cette journée, en évoquant le récent congrès de l’EAHIL et les suites à donner pour la France.

Remerciements

Merci à tous les participants, dont vous retrouverez la liste et les coordonnées ici, pour ne pas perdre contact.

Merci aux différents intervenants et aux 24 co-animateurs des ateliers de l’après-midi.

Merci aux twittos qui ont joué le jeu du live-tweet (à retrouver déjà dans ce Storify).

Et merci pour… vos remerciements (voir photo ci-dessus, sur les badges rendus) !

 

En savoir plus

Retours en sketchnotes sur la JNBDS par Magalie Le Gall (merci à elle pour ce gros travail)

Services limités les 3 et 4/7

bunny-154507_960_720En raison d’une maintenance informatique dans toute l’université Paris Descartes, la plupart de nos services en ligne seront indisponibles du lundi 3 juillet 14h au mardi 4 juillet après-midi.

Cela inclut notamment l’accès au site Web de la BIU Santé, ainsi que les connexions à Internet, le Wifi, et l’accès aux ressources en ligne (revues électroniques, ebooks, Medic@, etc.).

En cas de question, n’hésitez pas à nous contacter.

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Clins d’œil pour les 20 ans de Harry Potter

« Hermione s’interrompit. Harry avait entendu, lui aussi. Quelqu’un avait bougé derrière eux, dans l’ombre des étagères. Ils attendirent un instant et la silhouette de vautour de Madame Pince apparut à l’angle d’un rayon, ses joues creuses, sa peau parcheminée et son long nez busqué soulignés par l’éclairage peu flatteur de la lampe qu’elle tenait à la main.

—La bibliothèque ferme, dit-elle. »

Harry Potter et le prince de sang mêlé, traduction de Jean-François Ménard, tous droits réservés

Si l’on en croit la description d’Irma Pince, les bibliothécaires ne bénéficient pas d’un portrait flatteur dans la saga Harry Potter. Le premier tome paraissait il y a 20 ans tout juste, le 25 juin 1997.

Heureusement les collègues ne sont pas rancuniers. D’abord parce que les 7 tomes de cette série ont amené à la lecture toute une génération, à travers le monde, avec des traductions en près de 75 langues. Ensuite parce que les livres et la bibliothèque occupent une place de choix dans la vie quotidienne de Poudlard, l’école des sorciers.

Quel rapport avec la BIU Santé ?

Photo by DAVID ILIFF. License: CC-BY-SA 3.0

La bibliothèque est l’endroit par excellence où les élèves se retrouvent pour étudier, mais aussi pour comploter. Située au 4e étage, elle ferme à 20h, tout comme la BIU Santé (dont la grande salle a parfois été comparée à Poudlard dans certains commentaires de notre page Facebook). Dans les longs-métrages, c’est la prestigieuse bibliothèque Bodleian d’Oxford qui a servi de cadre aux prises de vues.

Quant aux livres eux-mêmes, ils sont indispensables à la formation des sorciers (ce n’est pas Hermione Granger qui dira le contraire). Des ouvrages imaginaires, ou non, ayant souvent trait à l’ésotérisme ou à l’alchimie. Disciplines représentées dans les collections anciennes de la BIU Santé, et dont vous retrouverez certains exemplaires numérisés dans notre rubrique Medic@. Vous pourrez par exemple y dénicher comment confectionner votre propre baguette magique.

Dans notre banque d’images (200.000 images accessibles gratuitement en ligne) se cachent aussi certains personnages bien connus des fans, comme le mystérieux Nicolas Flamel. Ou bien encore toute une faune fantastique, digne du bestiaire de J.K. Rowling : dragons, centaures, géants, phénix, hippogriffes, basilics…

Sans oublier notre exposition virtuelle sur les monstres de la Renaissance à l’Âge classique.

Les collections d’herbiers et les ouvrages de botanique du pôle Pharmacie ne dépareraient pas non plus dans un cours de potions. Sans parler des plants de mandragore précieusement cachés dans les serres du jardin botanique.

L’esprit de J.K. Rowling semble d’ailleurs toujours flotter dans la faculté de pharmacie de Paris, comme en témoigne ce récent tweet lors de la cérémonie de remise des diplômes :

Harry Potter et la médecine

Le rapport n’est pas évident, mais le petit sorcier a aussi trouvé sa place dans la littérature scientifique. La preuve, l’équation « harry potter » [TIAB] (recherche dans le titre ou le résumé) donne 45 résultats très sérieux dans PubMed.

D’autres scientifiques facétieux se sont plu à imaginer la publication du tome 6, si ce dernier avait été un article académique :

If Harry Potter was an academic work

Un billet toujours d’actualité, qui parle de Gold Open Access, de frais cachés de publication et d’éditeurs prédateurs…

Un anniversaire célébré en bibliothèque

De nombreuses bibliothèques à travers le monde ont donc choisi de célébrer cet anniversaire. La National Libray of Medicine prévoit des animations particulières : des billets dédiés sur son blog, Circulating Now, et des manifestations sur place. Une exposition virtuelle, Harry Potter’s World, Renaissance Science, Magic & Medicine, est également accessible en ligne (après avoir été hébergée il y a quelques années par la BIUM). La British Library prévoit aussi une importante exposition sur le sujet. Plus près de chez nous, la Bibliothèque Rainer Maria Rilke (ville de Paris) proposera également quelques festivités.

Le mot de la fin pour Hermione Granger (encore elle) : «Quand tu as un doute, va à la bibliothèque !»

En savoir plus

La place de la bibliothèque dans la saga Harry Potter

La bibliothèque de Poudlard sur le Wiki Harry Potter

Ouvertures estivales des BU Santé

leyendo-un-libro-en-la-playaComme tous les ans à l’approche de l’été, la BIU Santé vous propose la liste des bibliothèques de santé d’Île-de-France ouvertes pendant les vacances.

Dans le fichier à télécharger à l’adresse habituelle, vous trouverez :

– la liste des bibliothèques de santé de Paris et d’Île-de-France, classées par université ;

– leurs dates éventuelles de fermeture entre juin et septembre ;

– les changements d’horaires pour cette période.

Merci de nous signaler toute erreur ou omission.

En ce qui concerne la BIU Santé :

– le pôle Médecine (12, rue de l’École-de-Médecine) demeurera ouvert tout l’été (sauf samedis en août, ainsi que les jours fériés du vendredi 14 juillet et du mardi 15 août, ainsi que le lundi précédent 14 août), avec des horaires réduits (10h-18h) du lundi 31 juillet au vendredi 11 août inclus ;

– le pôle Pharmacie (4, avenue de l’Observatoire) sera fermé du 22 juillet au 27 août inclus. Il fonctionnera en horaires réduits (10h-18h) du 3 au 21 juillet et du 28 août au 1er septembre inclus. La salle Fialon demeure fermée tout l’été ;

– le pôle Histoire du 12, rue de l’École-de-Médecine sera fermé du 29 juillet au 15 août inclus (ainsi que les samedis de juillet et août).

En complément, nous vous rappelons que notre service de questions-réponses en ligne (gratuit !) Biuminfo restera lui aussi ouvert tout l’été.

La BIU Santé vous souhaite de bonnes vacances, en attendant de vous revoir en nombre à la rentrée.

Expo Zanzucchi au musée d’histoire de la médecine

Jusqu’au 24 août 2017, le musée d’Histoire de la médecine accueille une nouvelle exposition intitulée «Trace et lumière des simples».

Elle met en valeur le travail de l’artiste Pierre Zanzucchi, réalisé à partir d’un herbier du pôle Pharmacie de la BIU Santé.

Retrouvez l’histoire de cette œuvre sur notre blog (2014), et dans notre exposition virtuelle Vies d’herbier.

Les pages tirées de l’herbier sont présentées sans vitrine, directement offertes à l’œil du visiteur, qui pourra ainsi en apprécier tous les effets de matière et de couleurs.

«L’ESPRIT DE LA TRACE…

À la faculté de Pharmacie de l’Université Paris Descartes, j’ai entrouvert un herbier où s’était décomposée en silence, entre des feuilles de papier vieillies par le temps, la matière disparue de tiges, de fleurs, de pétales, d’étamines…

Prisonnière, leur lumière intérieure s’était inscrite dans le papier ne laissant plus qu’une trace imaginée.

Leurs vies mystérieuses se réveillaient sous mon regard.

Le papier – sa texture, son vieillissement, son bruissement, sa couleur, son incertitude, sa fragilité – devenait le support de mon travail. Il me fallait suivre la trace de l’âme laissée par ces herbes disparues.

J’ai choisi les feuilles où l’empreinte de l’herbe s’accordait à l’énergie de mon trait. Une vie végétale antérieure surgissait encore de la forme originelle.

Mon doigt, ma main, ont dessiné. Tout devenait peinture.

Et là, dans ce silence, naissait la nouvelle énergie des plantes, dépôt de l’âme… testament des herbes disparues.»

Pierre Zanzucchi

Le musée d’Histoire de la médecine (qui est climatisé !) est ouvert de 14h à 17h30 sauf jeudi, dimanche et jours fériés (du 15 juillet au 31 août, mêmes horaires, mais du lundi au vendredi, fermé le week-end).

L’exposition sera ensuite installée à l’hôtel de Ville du Mans, du 4 septembre au 30 octobre, dans le cadre de l’opération Entre cours et jardins.

En savoir plus

L’œuvre de Pierre Zanzucchi sur son site

Debut: 06/09/2017
Fin: 08/24/2017
Musée d'histoire de la médecine, 12, rue de l'Ecole-de-Médecine
Paris, Île-de-France
75006
FR

Accès modifiés au pôle Médecine (22-24/6)

Attention, l’accès au pôle Médecine de la BIU Santé sera modifié du jeudi 22 au samedi 24 juin 2017 inclus.

Laccès à l’université se fera par le 85, boulevard Saint-Germain.

Si la porte est fermée, SONNEZ pour qu’on vous ouvre !

85bsg

Les salles de lecture seront ouvertes comme à l’accoutumée, vous pourrez donc venir travailler au 12, rue de l’École-de-Médecine. La bibliothèque sera ouverte normalement de 9h à 20h.

D’autres perturbations sont également prévues le 3 juillet 2017.

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Salle Landouzy fermée le 19/6

Attention, lundi 19 juin 2017 la salle Landouzy (au pôle médecine-odontologie) sera fermée toute la journée.

Certaines ressources imprimées en odontologie seront donc inaccessibles ce jour-là.

La grande salle sera ouverte comme à l’accoutumée, vous pourrez donc venir travailler au 12, rue de l’École-de-Médecine.

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

Salle Landouzy

22e réunion de la Société internationale d’histoire des neurosciences

La 22e réunion de la Société internationale d’histoire des neurosciences aura lieu du 19 au 23 juin 2017 à Besançon.
Elle est co-organisée par la France (université de Franche-Comté notamment) et la Suisse (Swiss Medical Network). Une excursion culturelle en Suisse complètera d’ailleurs les sessions tenues à Besançon.

Retrouvez ici le programme détaillé

Cette réunion sera l’occasion d’évoquer Jules Déjerine, le célèbre neurologue, mort il y a 100 ans en 1917. Retrouvez les images liées à ce médecin dans notre banque de portraits (plus de 200.000 photos disponibles gratuitement en ligne).

En savoir plus

Le site de la Société internationale d’histoire des neurosciences (ISHN)

Le site de la réunion 2017 et son programme

Jules Déjerine dans notre base biographique

Maison de l'économie 46 Avenue Villarceau
Besançon, Bourgogne-Franche-Comté
25000
FR

913 ebooks Wiley : dernière ligne droite du test national

ebooks Wiley

Plus que 15 jours pour le test des 913 ebooks Wiley.

Le 30 juin 2017 se terminera la phase de test des 913 ebooks Wiley consultables dans 43 bibliothèques de santé dans le cadre du dispositif CollEx 2016 négocié par la BIU Santé.

L’étude des données de consultation déterminera l’achat définitif d’une cinquantaine de titres.

À vous de jouer pour faire gagner votre titre favori !

Accéder aux 913 ebooks Wiley en test

Pour accéder à ces ressources, il est nécessaire de disposer de codes ENT Paris Descartes. Chaque bibliothèque propose son accès particulier.

Thomas Violet

Nouvelle numérisation à la BIU. Sentez !

Extrait de La parfumerie française et l’art dans la présentation, 1925

Née en Orient et aujourd’hui fleuron de la culture française, la parfumerieet la cosmétique en général – inscrit son histoire dans celle de l’hygiène et de la mode.

Le XIXe siècle et l’industrialisation marquent un véritable tournant avec l’avènement des procédés chimiques qui se substituent peu à peu aux produits naturels. À partir de 1860, les usines des parfumeurs quittent Paris pour la proche banlieue et Grasse est le second pôle de la parfumerie française[1]. Comme le soulignait fort justement Madame de Staël, «La parfumerie moderne, c’est la rencontre de la mode, de la chimie et du commerce».

La parfumerie française et l’art dans la présentation, 1925

 

Reflet du développement considérable qu’elle connaît depuis, La Parfumerie française et l’art dans la présentation est un volumineux ouvrage qui retrace l’histoire des différentes maisons de parfums, dont un grand nombre a disparu aujourd’hui, des pratiques commerciales et des procédés de fabrication. Véritable arrêt sur image en 1925, l’ouvrage fleure bon une époque révolue aux effluves de rose, de lavande et de violette.

La BIU Santé vous propose de découvrir cet ouvrage riche d’informations et de nombreuses illustrations sur le site de Medic@. Sa numérisation s’inscrit dans le cadre d’une collaboration avec un programme de l’ANR, Littépub, qui s’intéresse à l’histoire croisée de la littérature et de la publicité.

Pour aller plus loin

Retrouvez une sélection de ressources en histoire de la parfumerie dans un billet précédemment publié sur notre blog.

On consultera utilement notre exposition virtuelle «Secrets de beauté» dédiée à la cosmétologie et le dossier Medic@ qui lui est associé, avec une introduction du Dr Jacques Chevallier.

Nous signalons également l’exposition qui vient de s’ouvrir au Musée international de la parfumerie de Grasse : Christian Dior, Esprit de parfum (17 mai – 1er octobre 2017)

[1] Rosine Lheureux, Une histoire des parfumeurs : France 1850-1910, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2016.

Chloé Perrot, chargée de numérisation des collections