Journal de Botanique, 2013, 63

Sommaire
:: N. GEORGES
Á propos de Malvella leprosa (Ortega) Krapov. dans l’Hérault
Paru dans Journal de Botanique, 2013, 63 (), pp. 3-14. Français
Résumé

Malvella leprosa (Ortega) Krapov., malvacée d’origine américaine, a été retrouvée en 2005 dans une vigne de l’Hérault, plus de cent cinquante ans après sa première et dernière mention en France près de Montpellier. Cette observation singulière dans une vigne amène à s’intéresser à sa possible origine sur la parcelle. Enfin, une analyse du caractère envahissant potentiel de la plante est réalisée au regard des constats faits sur la station et des connaissances actuelles sur son comportement de par le monde.

Abstract

Malvella leprosa (Ortega) Krapov. is a species of the mallow family native from America. It was found in 2005 into a vineyard in Hérault department (south of France), more than one hundred and fifty years after its first and last record in France, near Montpellier. This strange observation in a vineyard justifies to be interested in its possible origin in this yard. Finally, an analysis about its potential invasive capacity is done towards observations on this vineyard and actual knowledges about its behavior throughout the world.

 
:: G. PARADIS, K. O’DEYE-GUIZIEN & C. PIAZZA
Étude floristique, phytosociologique et cartographique des zones humides de Saleccia (Agriate, Corse)
Floristic, phytosociological and mapping study of the Saleccia wetlands (Agriate, Corsica)
Paru dans Journal de Botanique, 2013, 63 (), pp. 15-54. Français
Résumé

Après une présentation des caractères des zones humides de Saleccia (Padulella, Pardinella et Cannuta), leur végétation est décrite à l’aide de relevés phytosociologiques (tabl. 1 à 34) et de deux cartes à grande échelle (Fig. 3 & 4). L’inventaire floristique est présenté dans le tableau 35. La végétation du marais de Padulella comprend un herbier à Ruppia maritima (Ruppietum maritimae), des scirpaies halophiles (à Bolboschoenus maritimus et à Schoenoplectus litoralis), des prés salés peu étendus (à Juncus maritimus), une sansouire de très vaste superficie (à Sarcocornia fruticosa, Juncus acutus, Aeluropus littoralis, Limonium narbonense…) et, sur la bordure est, une tamariçaie à Tamarix africana. Dans le marais de Pardinella, la formation la plus étendue est une typhaie à Typha angustifolia. D’autres groupements hélophytiques (à Schoenoplectus lacustris et à Phragmites australis) sont présents mais leur superficie est réduite. En aval, se localise une tamariçaie à Tamarix africana. Le marais de Cannuta présente : (1) une végétation flottante à Nymphaea alba, Persicaria amphibia, Utricularia australis, Potamogeton lucens et P. pectinatus, (2) des groupements hélophytiques à Typha angustifolia, Schoenoplectus lacustris et Phragmites australis, (3) des formations arbustives (saulaie à Salix cinerea et aulnaie à Alnus glutinosa) flottant sur un tremblant à Thelypteris palustris, Hydrocotyle vulgaris, Carex pseudocyperus, Juncus subnodulosus, Juncus effusus et Typha angustifolia. Sur les bordures du marais se localisent des prairies et pelouses à Eleocharis plalustris et à Paspalum distichum qui, par place, sont en voie d’embroussaillement, par suite de l’expansion de Juncus effusus, J. acutus, Dittrichia viscosa, Pteridium aquilinum et Rubus ulmifolius. Sur les vases desséchées à la fin de l’été se développent des groupements thérophytiques à Crypsis aculeata, Corrigiola litoralis et Glinus lotoides. À l’ouest du marais se localisent de petits peuplements de Tamarix africana, faisant la transition avec les tamariçaies des bordures des deux autres marais. La dynamique de la végétation est esquissée, en distinguant les groupements permanents (permaséries ou permasigmeta), les curtaséries (curtosigmeta) et les séries (sigmeta) édaphophiles.

Abstract

After presenting the characters of the three Saleccia wetlands (Padulella, Pardinella, Cannuta), their vegetation is described by phytosociological relevés (Table 1-34) and two large scale maps (Fig. 3 & 4). The floristic inventory is presented in the table 35. The Padulella marsh vegetation includes a Ruppia maritima seagrass (Ruppietum maritimae), halophytic scirpaies (Bolboschoenus maritimus and Schoenoplectus litoralis communities), slightly extended Juncus maritimus salt marshes, a sansouire of large area (with Sarcocornia fruticosa, Juncus acutus, Aeluropus littoralis, Limonium narbonense ...) and, on the eastern edge, a Tamarix africana population (Tamaricetum africanae). In the Pardinella swamp, the largest plant community is the Typha angustifolia typhaie. Schoenoplectus lacustris and Phragmites australis helophytic communities are present, but their size is reduced. Downstream, is located a Tamarix africana population. The Cannuta swamp presents : (1) a Nymphaea alba, Persicaria amphibia, Utricularia australis, Potamogeton lucens and P. pectinatus floating vegetation, (2) Typha angustifolia, Schoenoplectus lacustris and Phragmites australis helophytic communities, (3) floating shrubland (Salix cinerea willow and Alnus glutinosa alder) on a Thelypteris palustris, Hydrocotyle vulgaris, Carex pseudocyperus, Juncus subnodulosus, Juncus effusus and Typha angustifolia floating mattress. On the edges of the marsh located Eleocharis plalustris and Paspalum distichum grasslands, which, localy, are being overgrown, due to the expansion of Juncus effusus, J. acutus, Dittrichia viscosa, Pteridium aquilinum and Rubus ulmifolius. On the dried mud, the Crypsis aculeata, Corrigiola litoralis and Glinus lotoides communities grow at the end of the summer. Small stands of Tamarix africana are located in the west of the swamp, quite close to the stands occupying the edges of the two other marshes. The vegetation dynamics is outlined, distinguishing between permanent groups (permasigmeta), curtaseries (curtosigmeta) and series (sigmeta) edaphophilous.

 
:: J.-J. LAZARE
La série édaphoxérophile montagnarde béarnaise héliophile du chêne sessiliflore [Quercus petraea (Mattuschka) Liebl.] : Erico vagantis-Querco petraeae sigmetum nov
Paru dans Journal de Botanique, 2013, 63 (), pp. 55-62. Français
Résumé

Les chênaies sessiliflores de l’étage montagnard des Pyrénées occidentales (Béarn) appartiennent à une association nouvelle, Erico vagantis-Quercetum petraeae nov., constituant la tête d’une série édaphoxérophile héliophile originale au sein de laquelle deux faciations sont distinguées.

Abstract

The durmast oak forests of the montane level in the western Pyrenees (Béarn) belong to a new association, Erico vagantis-Quercetum petraeae nov., forming the head of an edaphoxerophilous heliophilous original series in which two faciations are distinguished.

 
:: B. DE FOUCAULT
Contribution au prodrome des végétations de France : les Isoëtetea velatae de Foucault 1988 et les Juncetea bufonii de Foucault 1988 (« Isoëto – Nanojuncetea bufonii ») (partie 2)
Paru dans Journal de Botanique, 2013, 63 (), pp. 63-109. Français
 
:: ANONYME
Procès verbal de la séance du 21 janvier 2013
Paru dans Journal de Botanique, 2013, 63 (), pp. 111-120. Français